retour haut de page

Canard gras : Mécanique grippée

PAR Angélique PASSEBOSC | Photographie de David PERPÈRE
Temps de lecture 4 min

Depuis la mi-novembre 2016, le virus H5N8 de la grippe aviaire fait son grand retour dans le Sud-Ouest où 71 % de la production française de foie gras est concentrée. Zones de protection, de surveillance, d’abattage et autres mesures, les autorités réagissent, mais les éleveurs pâtissent de cette situation. Dans ce contexte des plus complexes, Boudu s’est rendu en pleine campagne tarnaise, à la rencontre de deux acteurs de la filière avicole et de leurs petits canards.

grippe aviaire canards agriculteursÀ première vue, rien ne semble pouvoir perturber le quotidien des agriculteurs de la région. Les fermes ont l’air de suivre leur cours habituel, dans le calme de la campagne. Et pourtant. Si les bêtes, paisibles, paraissent imperturbables, les éleveurs sont plus inquiets. À Villeneuve-lès-Lavaur, épicentre de la zone de surveillance, Martine et Denis Filhol poursuivent leur activité de canards gras, non sans mal. Avec les nouvelles mesures de biosécurité prises par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le couple tarnais a dû s’adapter : élevage en bande unique, aménagement d’un sas à l’entrée des unités de production et interdiction d’accès pour tout individu étranger à l’exploitation. De nouvelles réglementations, visant à limiter la propagation du virus H5N8 de la grippe aviaire, qui s’ajoutent aux précédentes et donnent aux fermes des allures de laboratoires scientifiques. « C’est dans notre intérêt de respecter ces mesures. C’est ce qui nous permet de vivre, après tout, alors pourquoi risquer de le perdre ? » À notre arrivée, l’exploitante nous prévient : « Vous ne pourrez pas voir les canetons, nous sommes en zone réglementée ». Ici, les mesures sont donc appliquées à la lettre. Des contrôles sont d’ailleurs régulièrement effectués sur les 6 000 bêtes du couple par Vivadour, la coopérative agricole dont dépend cet élevage IGP (Indication géographique protégée).
Un peu plus loin, dans son exploitation située en bord de route, à Viviers-lès-Lavaur, Viola…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.