retour haut de page

Metronum en demi-ton

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de David PERPÈRE
Temps de lecture 5 min

Début février, la mairie de Toulouse a fêté en grande pompe les trois ans du Metronum, sa nouvelle salle de musiques actuelles. Diversité, proximité, tremplin pour les professionnels locaux : les ambitions de la municipalité étaient grandes. Trois ans plus tard, bien que positif, le bilan n’est pas exempt de fausses notes.

Large cube de béton gris percé d’un patio, le Metronum semble posé au milieu d’un quartier en perpétuel chantier. En ce début février, l’austère bâtiment d’habitude bercé en journée par le grondement des bulldozers, bat depuis plusieurs jours au rythme des festivités organisées pour son troisième anniversaire. Depuis 2014, la nouvelle salle de musiques actuelles toulousaine a accueilli 280 concerts et 110 116 spectateurs. « Une très bonne fréquentation comparée aux salles similaires », assure Marie Déqué, conseillère municipale déléguée à la musique. À ce stade, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.Metronum toulouse musique concerts
Implanté à Borderouge, le Metronum a été pensé par la Ville, qui gère la structure, comme un lieu hybride, à l’image de son architecture. Le concept ? Une salle de concert intégrée dans son quartier, complémentaire de l’offre existante, ouverte à tous et avec un rayonnement national. Mais aussi un outil partagé avec les associations locales pour accompagner le développement de la filière des musiques actuelles. Le défi est ambitieux, et trois ans plus tard, il est en partie relevé.
Impliqués dans le projet dès sa conception, les professionnels s’accordent pour reconnaître qu’en termes d’équipement, le Metronum a apporté une offre et des outils qui manquaient cruellement dans le paysage musical toulousain. Avec sa salle principale de 600 places à l’acoustique soignée, le Metronum a ajouté un échelon intermédiaire, jusque-là inexistant, entre les cafés-concerts du centre-ville et les 1 600 places du Bikini. Pour Cyril Della-Via, directeur adjoint d’Avant-mardi, qui regroupe 50 structures de musiques actuelles dans la région, « c’est tout un pan d’artistes qui ne pouvaient pas remplir le Bikini, qui a désormais accès au public toulousain ».

Flou artistique
Des artistes comme Kid Wise, BigFlo et Oli ou Christine & the Queens y ont fait leurs armes avant de s’attaquer au Bikini puis au Zénith. La musique box, petite salle de 200 places, est aussi plébiscitée par les associations, qui peuvent enfin organiser à Toulouse showcases et soirées de lancement à moindre frais, avec un son de qualité.
L’ensemble de la profession salue aussi la création de MA Sphère, un cluster d’une vingtaine d’entreprises intégré au Metronum. Pour Cyril Della-Via, « il s’agit d’un outil très utile pour rassembler et dynamiser une filière foisonnante à Toulouse et jusque-là éclatée ». Labels, associations, agences de communication : les petites structures s’y rencontrent, commencent tout doucement à Metronum toulouse musique concertsse positionner ensemble sur des marchés qui leur auraient été inaccessibles autrement.
Si le Metronum a convaincu les professionnels des musiques actuelles, dans le petit milieu culturel toulousain, beaucoup estiment que le projet se cantonne à un bon outil technique qui manque d’une identité claire et d’une vision artistique. Pour les fins connaisseurs de la culture toulousaine, l’image de la salle est brouillée par une programmation trop éclectique, et plombée par l’implication d’un patchwork d’associations trop variées. Un sentiment que l’on retrouve chez de nombreux Toulousains, qui peinent à cerner cet objet culturel non identifié et n’osent pas toujours s’y aventurer.
Conscient de ces critiques, Soufiane Djaffer, responsable et programmateur de la salle, les balaie d’un revers de main et défend sa singularité : « Et si c’était plutôt les autres lieux artistiques qui étaient trop enfermés dans leur esthétique ? ». Le musicien inclassable assume ouvertement une programmation très éclectique qui, il le reconnaît, « déroute beaucoup, même au niveau national. Un lieu culturel, municipal de surcroît, ne doit pas uniquement s’adresser à une élite. Il doit rester ouvert à tous les styles et toutes les populations ».
Pour Hervé Bordier, directeur des musiques actuelles à la mairie de Toulouse et porteur du projet depuis 2011, c’est justement cette diversité qui fait l’identité des lieux. « Alors que beaucoup de salles de musiques actuelles ont des programmations similaires, nous jouons notre rôle de défricheurs et de révélateur de talents. »
D’ailleurs la stratégie de Soufiane Djaffer et d’Hervé Bordier semble porter ses fruits. Selon Patrick Combalbert, directeur du Rio Grande, salle de musiques actuelles à rayonnement national de Montauban, le Metronum jouit déjà d’une bonne réputation pour son audace et sa programmation underground. La preuve ? Les groupes les plus confidentiels remplissent parfois la salle à une vitesse fulgurante. « Aucune autre structure de la région ne pourrait se le permettre. C’est une chance rare et une bonne chose que l’argent public aille à l’underground et aux structures locales. »
S’il commence à se faire un nom sur certains créneaux comme le métal, le Metronum souffre encore d’un déficit de notoriété nationale chez les professionnels. Mais Hervé Bordier n’est pas inquiet : « Il faut du temps pour gagner la confiance des producteurs et des tourneurs parisiens ». Le directeur du pôle des musiques actuelles estime qu’il faudra encore deux ou trois ans de bouche-à-oreille pour que le Metronum se fasse une place dans le paysage national.

Inertie administrative
Mais pour Patrick Combalbert, le déficit de notoriété de la salle toulousaine et sa difficulté à s’imposer en dehors des frontières régionales tiennent surtout à son mode de gestion, très rare dans ce milieu : la régie municipale directe. « Ce n’est pas compatible avec un projet de ce type. Pour avancer, il faut de la réactivité et de la souplesse. »
L’inertie propre aux structures municipales semble d’ailleurs avoir ralenti les ardeurs du duo Bordier-Djaffer. Les trois studios de répétition attendus avec impatience depuis trois ans – et qui devraient enfin ouvrir dans les semaines à venir – en sont le parfait exemple. Depuis l’ouverture du bâtiment, le matériel est prêt et n’attend plus que les musiciens. Seul hic : la structure a mis des mois à recruter un technicien qui soit à la fois compétent pour accompagner les musiciens, et agréé par les Finances publiques pour manipuler l’argent récolté pour la location des studios. Mise en place d’une billetterie, d’un site de réservation des studios : tout doit passer par des appels d’offres et à la moulinette des Finances publiques. Et pendant ce temps, rien ne bouge.Metronum toulouse musique concerts
Autre conséquence de la régie directe, une partie des personnels administratifs salariés par le pôle des musiques actuelles partage son temps avec d’autres projets culturels municipaux. « Ils ont beau être très compétents, je suis convaincu que ça empêche le Metronum de fonctionner à sa pleine capacité », soupçonne le responsable d’une association qui travaille avec la salle. Et notamment en terme de communication. Sur ce point, Hervé Bordier acquiesce, mais souligne que « des salles comme Le Chabada d’Angers et le Paloma de Nîmes tournent avec deux à trois millions d’euros par an. Tout inclus, nous ne disposons que de 500 000 euros. »
Sans compter que le Metronum n’a pas accès aux subventions spécifiques du ministère de la Culture en matière de musiques actuelles. La gestion en régie directe rend en effet plus complexe l’obtention du label officiel Smac (Salle de musiques actuelles), délivré par la Drac. À titre indicatif, sur les 152 Smac labellisées en France, une seule est gérée en régie directe. Sur décision de la mairie, le Metronum n’a donc jamais demandé la labellisation, ce qui la prive de subventions qui auraient pourtant été les bienvenues.

Une salle hors sol ?
Quant à l’intégration du Metronum au tissu associatif du quartier, un axe fort du projet dès sa définition, le pari semble relevé. Depuis un an, la structure accueille tous les mois des enfants du Clae Niboul, voisin de la salle, pour les Flâneries musicales : des concerts de tous styles pour éveiller la curiosité des plus jeunes. La salle travaille aussi régulièrement avec les Jardins du Museum, tout proches, pour des habillages sonores, ou encore avec le Tactikollectif, et a payé un groupe pour le marché de noël de Borderouge. Pourtant, plusieurs associations du quartier déplorent ne pas avoir été contactées par le Metronum ou regrettent de trop rares collaborations. « Ma philosophie, c’est de travailler un peu avec beaucoup d’associations plutôt que le contraire. Et nous sommes ouverts à tous les projets, mais il faut que ça reste cohérent avec ce que l’on fait », se défend Soufiane Djaffer.
Entre francs succès et résultats mitigés, les trois premières années du Metronum offrent un bilan contrasté. « Il y a encore beaucoup de boulot, mais c’est normal pour un projet si jeune », sourit Hervé Bordier. « Si on avait tout eu tout de suite, on aurait été des enfants gâtés ».

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.