Enquête

Fiona Mille : La relève des écolos

Rédaction : ,
Photo : ,
le 5 avril 2017 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Élue en août au bureau national des Jeunes écologistes, Fiona Mille, 20 ans, avait jusque-là échappé aux radars médiatiques. Pourtant, de nombreux militants de la cause verte voient déjà en elle une future grande figure de l’écologie politique. Mais aux intrigues partisanes, la néo-Toulousaine dit préférer l’action, et rêve d’une écologie plus fun, plus sociale et moins politicarde.

Écolo par hasard
Fiona Mille grandit dans le Nord au sein d’une famille qui encourage le débat. En 2012, à tout juste 15 ans, elle découvre les Jeunes écologistes sur le marché de Hénin-Beaumont, où ils organisent un happening contre la venue de Marine le Pen. Séduite par « leur approche décalée de l’écologie », elle trouve dans ce mouvement un moyen d’assouvir son besoin d’engagement.

Pour une écologie fun
Après avoir déménagé à Toulouse pour étudier les politiques de l’environnement à Sciences-Po, Fiona Mille poursuit son engagement auprès des Jeunes écolos. Urgence climatique, Tafta, loi sur la surveillance : elle multiplie les happenings décalés pour sensibiliser les passants aux enjeux sociaux par le rire. « L’écologie seulement décroissante, c’est fini ! Elle doit être fun, moderne, et proposer un projet de société au sens large. »

Terrain / Terroir
Malgré ces actions, Fiona Mille se sent déconnectée du réel. Elle rejoint alors des associations militantes : Amap et lutte contre le gaspillage à Toulouse, protection de la montagne à Grenoble et bio au Québec. Et une fois son master en poche, Fiona Mille veut aider les entreprises dans leurs stratégies de développement durable « pour agir concrètement par un autre biais que l’associatif ou la politique ».

Le fond, pas les projecteurs
Là où certains jeunes écolos visent ouvertement une carrière politique chez EELV, Fiona Mille hésite. « Je fais partie d’une génération qui se méfie des logiques partisanes et préfère mettre en valeur ses idées plutôt qu’un parti ou une personnalité. » Elle n’exclut pourtant pas de s’engager un jour au niveau local. Et pourquoi pas national, « pour accéder à des leviers d’action plus efficaces ». Mais dans l’ombre, précise-t-elle : « Quand on est sous les projecteurs, on ne s’occupe pas des sujets de fond ».

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Simon Johannin : L'été des charognes

Il y a trois mois, Simon Johannin est entré en littérature en rentrant dans le lard de ses lecteurs. Son roman, L’été des charognes, chronique hagarde et poétique d’une enfance...

> Lire l'article <
simon johannin
Interview -

Jeanfi Janssens : Excès en vol

Révélé par le Printemps du rire en 2014, propulsé cet hiver par Laurent Ruquier et les Grosses Têtes, Jeanfi Janssens est à la fois un steward d’Air France en congé...

> Lire l'article <
jeanfi janssens humoriste humour rtl toulouse
Conversation -

Nicole Belloubet : pas si sage

Nicole Belloubet, quel rôle le Conseil constitutionnel joue-t-il exactement dans l’organisation de l’élection présidentielle ? Nous sommes compétents de A à Z. Tout passe par le Conseil constitutionnel, des avis...

> Lire l'article <
Nicole Belloubet, juriste et femme politique française, membre du Conseil constitutionnel depuis le 14 mars 2013. Au siège du Conseil constitutionnel, situé dans l'aile Montpensier du Palais Royal