retour haut de page

ALLONS-Y QUAND MÊME

7 raisons d’aller à Berlin même si on n’est pas night-clubber

PAR Sarah JOURDREN
Temps de lecture 5 min

Depuis que Ryanair a ouvert une ligne, les Toulousains branchés ont enfin accès aux folles nuits de la capitale allemande. Reste que tout le monde n’a pas envie de passer 24 heures dans un club, à abîmer ses tympans sous les basses, ses neurones à coup de MD et son foie avec des flots de bière. Pour eux, Boudu a trouvé 7 raisons d’aller quand même à Berlin en avion, et au lit à 22h.

berlin tourisme

 

1 – Pour la bohème
Cap à l’est vers l’un des nombreux parcs de la ville, qui regroupe, entre autres, le plus grand mémorial d’Allemagne (mémorial soviétique, 100 000 m2), une brasserie traditionnelle (Haus Zenner) et un pont construit par les prisonniers de guerre en 1916. 90 ha de verdure au bord de la Spree, où l’on peut aussi faire du pédalo ou un barbecue. Au retour, faites un détour par Rixdorf, village bohémien fondé en 1737. Des petites rues pavées, des corps de ferme et une église du xve siècle, coincés entre les très grandes Karl-Marx-Strasse et Sonnenallee.
Treptower Park, Alt-Treptow – Rixdorf (  U7, station Karl-Marx-Strasse)

2 – Pour faire 25 étages en 20 secondes
Le panorama du dernier étage de la tour Kollhoff est au moins aussi beau que celui de la mythique Fernsehturm. Pourtant, il coûte deux fois moins cher et évite trois heures de queue. Et parce que vous n’aurez pas le temps de comprendre l’histoire débitée par la dame de l’ascenseur, on vous la résume : l’engin est l’un des plus rapides d’Europe
– 25 étages en 20 secondes.
Panorama Punkt, Potsdamer Platz

3 – Pour la plage
Quand viennent les beaux jours, les Berlinois sautent dans le S-Bahn (leur RER) et filent piquer une tête dans un des lacs qui entourent la ville. 110 ans…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.