retour haut de page

ALLONS-Y QUAND MÊME

7 raisons d’aller à Berlin même si on n’est pas night-clubber

PAR Sarah JOURDREN
Temps de lecture 5 min

Depuis que Ryanair a ouvert une ligne, les Toulousains branchés ont enfin accès aux folles nuits de la capitale allemande. Reste que tout le monde n’a pas envie de passer 24 heures dans un club, à abîmer ses tympans sous les basses, ses neurones à coup de MD et son foie avec des flots de bière. Pour eux, Boudu a trouvé 7 raisons d’aller quand même à Berlin en avion, et au lit à 22h.

berlin tourisme

 

1 – Pour la bohème
Cap à l’est vers l’un des nombreux parcs de la ville, qui regroupe, entre autres, le plus grand mémorial d’Allemagne (mémorial soviétique, 100 000 m2), une brasserie traditionnelle (Haus Zenner) et un pont construit par les prisonniers de guerre en 1916. 90 ha de verdure au bord de la Spree, où l’on peut aussi faire du pédalo ou un barbecue. Au retour, faites un détour par Rixdorf, village bohémien fondé en 1737. Des petites rues pavées, des corps de ferme et une église du xve siècle, coincés entre les très grandes Karl-Marx-Strasse et Sonnenallee.
Treptower Park, Alt-Treptow – Rixdorf (  U7, station Karl-Marx-Strasse)

2 – Pour faire 25 étages en 20 secondes
Le panorama du dernier étage de la tour Kollhoff est au moins aussi beau que celui de la mythique Fernsehturm. Pourtant, il coûte deux fois moins cher et évite trois heures de queue. Et parce que vous n’aurez pas le temps de comprendre l’histoire débitée par la dame de l’ascenseur, on vous la résume : l’engin est l’un des plus rapides d’Europe
– 25 étages en 20 secondes.
Panorama Punkt, Potsdamer Platz

3 – Pour la plage
Quand viennent les beaux jours, les Berlinois sautent dans le S-Bahn (leur RER) et filent piquer une tête dans un des lacs qui entourent la ville. 110 ans qu’ils usent les fauteuils-cabines en osier de la longue plage de Wannsee, au sud-ouest. Pour plus d’intimité, préférez le tranquille Flughafensee, au nord-ouest.
Wannsee – Flughafensee ( U6, station Otisstrasse)

berlin tourisme

 

4 – Pour les estampes
Dans la guerre des égos que se livrèrent Berlin est et Berlin ouest dans les années 1960, Berlin ouest décida de créer un pendant occidental à l’historique île aux musées. Le Kulturforum, chef-d’œuvre de béton et de verre planté à la limite du mur, abrite quatre musées d’arts, dont le tout petit et peu ordinaire Cabinet des estampes. La quatrième plus grande collection d’art graphique au monde, des œuvres de toutes les époques présentées sous forme d’expositions temporaires.
Kupferstichkabinett, Kulturforum, Matthäikirchplatz

5 – Pour les toiles et les boreks
Le samedi, les petites mains créatives se pressent sur les bords du canal à Neukölln pour dénicher la bonne affaire parmi la montagne de tissus multicolores. Les mardi et vendredi, le marché turc régale les sens. Bruyant, parfumé et pas cher.
Neuköllner Stoff / Türkenmarkt, Maybachufer ( U1, U 8, station Kottbusser Tor)

6 – Pour le bon son
Achevée en 1963, la Philharmonie de Berlin est un bijou. De l’extérieur, un chapiteau blanc et doré. À l’intérieur, deux salles à l’architecture révolutionnaire, où l’orchestre est au centre. Pour apprécier cette acoustique parfaite, le mieux est encore d’acheter une place. Du haut des terrasses penchées, derrière les musiciens, la vue sur le fantastique chef d’orchestre Sir Simon Rattle est imprenable.
Herbert-von-Karajan-Straße 1 (station Potsdamer Platz)

7 – Pour l’enfant roi
Même si, dit-on, Berlin n’est pas l’Allemagne, une chose reste bien teutonne : l’enfant est roi à la maison, et ça se voit à l’extérieur. Des crayons de couleurs dans les restaurants, des trottoirs assez larges pour deux poussettes doubles et l’aîné en roller, une circulation des véhicules polluants limitée…
La ville est particulièrement accueillante pour les enfants. Ils pourront jouer sur un bateau pirate, sur le cou d’un dragon ou dans un toboggan géant. Emmenez-les au Kolle37, un parc d’aventure et de construction, libre et écologique (à partir de six ans).
ASP Kolle37, Kollwitzstraße 35, Prenzlauerberg

L’astuce de la rédac’ : Prendre le bus 100 au départ d’Alexanderplatz et jusqu’à Zoologischer Garten, pour voir tous les monuments emblématiques de Berlin pour seulement 2,80 €.

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.