retour haut de page

ÇA SE PASSE AUSSI EN OCCITANIE

Plein les fouilles à Uzès

PAR Sarah JOURDREN
Temps de lecture 3 min

Il y a quelques semaines, on ne savait pas grand chose d’Ucetia, la version antique d’Uzès. Les archéologues de l’Inrap en ont enfin retrouvé des vestiges, sur un chantier, à l’occasion d’une fouille préventive dont on n’attendait rien. La pièce maîtresse, une mosaïque exceptionnelle, a déjà été déposée pour être restaurée. Une découverte qui braque à nouveau les projecteurs sur le principe des fouilles préventives, ses vertus et ses limites. État des lieux avec Marc Célié, coordinateur de l’opération d’Uzès pour l’Inrap et Philippe Cayn, responsable du chantier.

Pourquoi sait-on si peu de choses du passé antique d’Uzès ?

Marc Célié : Il y a très peu de travaux de construction ou d’aménagement à Uzès, et donc peu d’opportunités de fouilles pour l’archéologie préventive. Le patrimoine du centre historique d’Uzès, le plus intéressant et le mieux conservé, est protégé par le label « secteur sauvegardé ». Le bâti de cette zone ne peut donc pas être démoli pour être remplacé par du neuf.

uzes archeologie antiquite fouilles

Qu’attendiez-vous des fouilles sur le chantier du futur internat ?

Philippe Cayn : Quand on a fait le premier diagnostic il y a trois ans, à la demande de l’État, on ne s’attendait pas à grand chose. Pourtant, les tranchées mécaniques réalisées sur 10 % de la surface du projet se sont révélées extrêmement positives : on y a découvert des murs, des sols associés et déjà un bout de la mosaïque qui a finalement été mise à jour.

Qu’a donc cette mosaïque de si particulier ? 

M. C. : Elle est exceptionnelle par sa taille, 60 m2, et par son état de conservation. Pour le moment, on ne sait pas encore interpréter le bâtiment dans lequel elle se situe. Peut-être un espace public, ou une demeure privée très luxueuse.

On ne peut pas s’opposer à l’aménagement du territoire. Il faut bien que l’histoire évolue.

Sur la mosaïque, on distingue quatre animaux : une biche, un aigle, un hibou, et même un canard. Comment interprétez-vous ces motifs ? 

P. C. : Il faut attendre la confirmation du plan du bâtiment avant de répondre à cette question. Certains voient dans les animaux la représentation de divinités : Jupiter, Diane, Minerve. Pourtant, le canard n’est l’attribut d’aucun dieu…

Que disent ces fouilles de l’histoire d’Ucetia ?

P. C. : On sait aujourd’hui de façon quasi certaine qu’on est à l’intérieur de la ville romaine. Elle a été occupée une première fois au Ier siècle et pendant trois siècles. Brutalement, au IIIe siècle, plus personne ne semble habiter la ville, sans qu’on sache vraiment pourquoi pour l’instant. Et l’occupation reprend à la fin du ve siècle : des gens ont réinvesti le site, reconstruit des bâtiments en s’appuyant sur l’architecture existante. Les nouveaux habitants se sont servis de la trame urbaine dessinée par les romains.

La mosaïque a déjà quitté le site, déposée par une société spécialisée début avril pour être restaurée. Que va-t-il advenir des autres vestiges une fois la fouille terminée ?uzes archeologie antiquite fouilles

M.C. : Le terrain sera libéré de la contrainte archéologique. Il sera remis à l’aménageur – la Région – qui pourra en disposer pour mener à bien son projet d’internat. Il ne faut pas oublier que les fouilles préventives sont à la charge du maître d’ouvrage : pour la Région, ce chantier représente 1,5 million d’euros. En contrepartie, s’il n’y a pas de découverte majeure, le maître d’ouvrage récupère le terrain et mène son chantier.

Bien qu’exceptionnels, ces vestiges ne sont donc pas une découverte majeure ?

M.C. : La mosaïque l’est suffisamment pour qu’on l’ait prélevée : elle est sauvée. Les autres vestiges sont importants pour la connaissance d’Uzès, mais ne justifient pas une conservation in situ. Même s’il peut
arriver que l’État demande la conservation de bouts de site, il est très rare qu’on découvre un petit
Pompéi. En règle générale, le projet d’aménagement se fait. On ne peut pas demander à un aménageur d’acheter les terrains, de démolir ce qu’il y a dessus, de financer une fouille et une fois que c’est fait, de renoncer. Le système ne tiendrait pas, les aménageurs ne voudraient jamais s’engager.

La destruction des vestiges est donc secondaire ?

M.C. : Non, mais déjà, la fouille les protège. En tant qu’archéologue, on a le sentiment d’avoir aidé à conserver la mémoire du site. On a l’impression de faire les choses correctement, et que, finalement, c’est un bon compromis. Détruire physiquement ces vestiges, c’est presque une fatalité. On ne peut pas s’opposer à l’aménagement du territoire. Il faut bien que l’histoire évolue.

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.