retour haut de page

ENQUÊTE

Conseil régional, un an après l’arrivée du FN

PAR Julie GUÉRINEAU
Temps de lecture 14 min

Depuis janvier 2016, 40 élus Front national siègent au conseil régional d’Occitanie, ce qui en fait le premier groupe d’opposition à la majorité plurielle de Carole Delga. Une situation inédite pour de nombreux élus régionaux peu habitués à siéger avec des conseillers frontistes. Boudu s’est plongé dans les arcanes du conseil régional pour mesurer l’impact de cette nouvelle donne sur son fonctionnement. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’a pas été déçus : invectives en assemblée, refus de participation au vote, militantisme assumé de la présidente Carole Delga… La Région depuis le Front, c’est barrage de principe contre logique de bordélisation… 

Certains en ont déjà la boule au ventre. Le 30 juin prochain, les 158 conseillers régionaux d’Occitanie doivent se réunir au Parc des Expositions de Montpellier pour la 8e plénière du conseil régional. Or, la dernière assemblée de février, marquée par de violentes passes d’armes, a laissé des traces. Symptôme d’une tension qui va crescendo au sein de l’instance régionale depuis un peu plus d’un an.

En décembre 2015, la liste Front national  – Rassemblement bleu Marine (FN-RBM) – arrive deuxième aux élections régionales avec 33,87 % des voix. Elle remporte au passage 40 des 158 sièges de l’assemblée et devient le principal groupe d’opposition à la majorité de gauche de Carole Delga. Une situation inédite pour les élus d’ex-Midi-Pyrénées, peu habitués – voire réfractaires – à une présence si importante des frontistes. La droite, reléguée pour la première fois en troisième position, accuse aussi le coup. Les élus FN, eux, sont amers. Leur liste est arrivée en tête en ex-Languedoc-Roussillon, et ils en sont convaincus : sans la fusion des régions, ils en auraient remporté la présidence. 

front national région occitanie

Les premières tensions apparaissent dès la première assemblée plénière, le 15 avril 2016. Alors que les 158 conseillers régionaux siègent au Parc des Expositions de Montpellier, des élus FN brandissent des pancartes pour renommer la région « Delgastan ». Ils dénoncent le « sectarisme » et le « népotisme…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.