retour haut de page

INTERVIEW

Cartoon Forum : 5 questions à Luc Camilli

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 2 min

Depuis sept ans, les professionnels européens des séries animées se réunissent à Toulouse en septembre pour leur grand marché annuel : le Cartoon Forum. Luc Camilli, cofondateur de Xbo films – star du forum l’an dernier – et trésorier de l’Association régionale des producteurs d’animation, raconte comment Toulouse est devenue une ville de cartoon.

À quoi sert le Cartoon Forum ?
Producteurs et studios d’animation y présentent leurs projets à tous les professionnels et diffuseurs incontournables en Europe : France TV, Canal +, M6, Netflix… Pas besoin de faire des pieds et des mains ou le tour du continent pour les rencontrer. Plusieurs projets de Xbo ont trouvé un diffuseur grâce au forum.

Après plusieurs années d’itinérance, pourquoi les organisateurs belges ont-ils choisi de s’installer à Toulouse et pas à Bruxelles ou Angoulême ?
Cartoon a trouvé à Toulouse une proximité humaine et une forte dynamique dans l’animation. Et puis les Toulousains de TAT productions ont été propulsés par le forum. C’était du pain béni
pour convaincre la mairie d’accueillir le salon.

Comment Toulouse est-elle devenue si incontournable dans l’animation ?
Il y a une quinzaine d’années, TAT productions et Xbo films ont commencé à s’y développer. Très vite, la Région a compris qu’il y avait un vrai potentiel et nous a aidés à survivre et à grandir. Aujourd’hui, l’animation toulousaine est diversifiée et très soudée. Nous avons une expertise dans la 3D et dans les techniques traditionnelles. Et puis nous produisons et réalisons les films sur place, là où d’autres villes
ont surtout des studios d’exécution.

L’organisation du forum à Toulouse vous avantage-t-elle ?
Les producteurs toulousains sont chouchoutés, et mis en avant, oui. C’est une chance, même si j’ai peur que ça produise une saturation.
Le forum affirme aussi Toulouse comme une ville incontournable auprès des professionnels européens.
Quels sont les enjeux pour l’animation toulousaine aujourd’hui ?
Le plus compliqué est de conserver les talents à Toulouse en leur garantissant du travail toute l’année, ce que chaque studio ne peut pas faire seul. L’idéal serait de pouvoir créer un espace commun avec d’autres studios d’animation, pour mutualiser les moyens techniques et humains, mais c’est très difficile sur le plan immobilier.

 

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.