retour haut de page

L'HOMME DU FUTUR

Énergies renouvelables : quand les citoyens s’en mêlent

PAR Louise BUYENS
Temps de lecture 2 min

Des citoyens qui se regroupent en coopérative pour produire de l’électricité, c’est le concept de Citoy’enR. Derrière cette initiative, née en juillet dernier, on retrouve Benjamin Toullec, ingénieur spatial à la ville et écolo convaincu, qui veut installer des panneaux photovoltaïques sur les toits toulousains.

Écolo et démocratique
« La France vit une période de crises démocratique et énergétique. Il faut que les citoyens reprennent la main sur la production d’énergie. » C’est ce constat qui a poussé Benjamin Toullec à lancer Citoy’enR. La coopérative repose sur le principe de gouvernance citoyenne et compte déjà plus de 200 membres. « Il y a tout un tas de gens qui y croient et qui nous poussent à continuer. Dans d’autres pays européens, ça a marché. En Allemagne, la moitié des énergies renouvelables appartient aux citoyens, et au Danemark, c’est 75 % ! »

100 % local
D’ici fin 2018, une dizaine de bâtiments publics et privés en Haute-Garonne recevront 2 000 m2 de toitures photovoltaïques. Un investissement de 100 000 euros financé par la Région et les dons de citoyens. Une fois les panneaux installés par des travailleurs recrutés localement, l’électricité produite sera vendue à EDF ou Enercoop, avant d’être redistribuée sur le réseau haut-garonnais.

Un avenir durable
Les revenus tirés de la revente d’électricité seront utilisés pour investir dans de nouvelles idées. « On ne veut pas se cantonner au premier projet. Le prochain chantier sera l’étude d’autres sources d’énergie et modèles économiques. » L’ambition de Citoy’enR est de se développer uniquement dans l’aire urbaine de la ville rose, pour garantir une démocratie à l’échelle locale. Quand l’objectif sera atteint, Benjamin se voit bien « aider d’autres projets citoyens à se développer ».

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.