retour haut de page

INTERVIEW

Tourisme en Occitanie : le mariage de la carpe et du lapin ?

PAR Julie GUÉRINEAU
Temps de lecture 4 min

Le 1er juillet dernier, les comités régionaux de tourisme de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ont officiellement fusionné pour donner naissance au Conseil régional du tourisme d’Occitanie. Objectif : unifier la stratégie touristique de la grande région pour la faire rayonner en France et à l’étranger. Et décrocher une place durable dans le top 10 des régions les plus prisées d’Europe d’ici 2021. À la tête de cette nouvelle agence de développement, Virginie Rozière, conseillère régionale, députée européenne et ceinture noire 3e dan de judo, répond aux questions de Boudu sur la nouvelle marque Occitanie.

Comment regroupe-t-on deux régions si différentes sous une même marque touristique ?
C’est un gros boulot ! Mais il y a beaucoup plus d’éléments qui nous rapprochent qu’on veut bien le dire. On partage une même chaleur méridionale, une même recherche d’authenticité, de qualité de vie, de simplicité. Certaines régions sont dans une forme d’élitisme, de condescendance, que ce soit Bordeaux vis-à-vis de Toulouse, ou la côte d’Azur vis-à-vis du littoral languedocien. Nous sommes moins clinquants. Ce sont des pistes intéressantes pour l’image de marque que nous sommes en train de définir. Et puis nous avons un joli nom de région qui évoque un certain imaginaire, une émotion. Ce qui est très important pour l’attractivité touristique.

Il y a longtemps eu une concurrence entre les deux régions…
J’avais moi aussi l’image d’un écosystème touristique très cloisonné où on se faisait tous concurrence. Là, il y a une véritable volonté des territoires de sortir de cette logique de concurrence pour travailler en vrai partenariat.

La marque Occitanie peut-elle être cohérente sur une si grande superficie ?
Nous avons le défaut de nos qualités. L’Occitanie offre tous les types de tourisme possibles : mer, montagne, patrimoine, culture, tourisme sportif, thermalisme… Mais on ne peut pas avoir une multiplicité de messages. Il va falloir prioriser certains aspects pour marquer les esprits. Doit-on renforcer notre position sur ce qui marche déjà ? Aller vers des potentiels sous-exploités ? Chercher des niches ?…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.