retour haut de page

INTERVIEW

Sylvain Laspalles, l’avocat des migrants

PAR Sophie ARUTUNIAN | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 3 min

Ils sont arrivés en Haute-Garonne entre 2016 et 2017, en provenance de la « jungle » de Calais. 150 migrants attendent toujours l’examen de leur demande d’asile et certains d’entre eux se voient expulsés dans des conditions « souvent obscures ». L’avocat toulousain Sylvain Laspalles, membre de l’Association de Défense des Etrangers (ADE), s’emploie à les défendre.

Pourquoi, dans le jargon de la justice et des associations, appelle-t-on la plupart des demandeurs d’asile en provenance de Calais « les dublinés » ?
Le mot vient de la procédure Dublin. Selon ce texte communautaire, la demande d’asile est examinée par un seul pays de l’Union européenne. Ce règlement vise donc à renvoyer les étrangers dans le premier pays d’accueil par lequel ils sont arrivés en Europe (souvent la Grèce ou l’Italie). Lorsque la « jungle » de Calais a été démantelée, l’État français s’est engagé à ne pas transférer les migrants qui acceptaient de monter dans les bus à destination des CAO* disséminés sur le territoire et à examiner leur demande d’asile. Plusieurs associations, dont l’ADE, ont dénoncé les pratiques de la préfecture de Haute-Garonne, qui dans un premier temps a pris le parti d’appliquer la procédure Dublin à la quasi-totalité des demandeurs d’asile arrivés de Calais afin de les éloigner du territoire français.

Les « dublinés » sont convoqués tous les 15 jours en préfecture. C’est souvent lors de ces convocations qu’ils sont arrêtés pour être renvoyés hors de France. Pourquoi dénoncez-vous ces interpellations ?
Dans leur esprit, ils se disent que leur situation va être examinée, voire réexaminée, et que leur sort va s’améliorer, qu’ils seront re-convoqués dans 15 jours et qu’entre-temps, ils pourront rester en France. Donc, ils se rendent à ces convocations. Sauf qu’un jour, brutalement, la préfecture a décidé que c’était la dernière. Tout a été géré en amont et on leur dit : « C’est fini, vous avez un avion…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.