retour haut de page

L'ADDITION

Chef : Sarah Truong-Qui passe à table

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 2 min

De son enfance en Allemagne, où ses parents tenaient leur premier restaurant, Sarah Truong-Qui se souvient du délicat fumet d’herbes et d’épices de la cuisine vietnamienne de son père. À son arrivée à Toulouse, la jeune femme opte pour les langues. Mais l’histoire familiale la rattrape et elle se passionne pour la cuisine aux côtés de son père. En 2003, elle lui succède aux fourneaux de l’Empereur de Huê’, où elle mitonne des plats minute, mêlant finesse de la cuisine vietnamienne et produits du terroir.

 

Le plat que vous détestiez enfant ?
La saucisse de foie qu’on m’obligeait à manger à la cantine en Allemagne.
Votre madeleine de Proust ?
La soupe pho de mon père. J’adore ses odeurs d’épices et d’herbes.
Votre plat « signature » ?
Le porc Noir de Bigorre caramélisé et poivré
L’aliment que vous préférez ?
Le pain, tout seul ou avec du beurre
Celui que vous détestez ?
Le cassoulet
Les pires associations ?
La fraise et le poisson, ou tout ce qui mélange des haricots blancs et de la saucisse.
Votre pêché mignon ?
Le chocolat
Le piège en cuisine ?
Se prendre trop au sérieux. Ou croire qu’être cuisinier, c’est comme dans Top Chef, qu’on ne fait jamais la vaisselle.
Le pire souvenir en cuisine ?
Un petit bout de pouce perdu sur une mandoline et une main dans une friteuse. Rien de grave.
Ce que vous inspire Trip Advisor ?
Je trouve ça souvent malveillant et médiocre. Quand quelqu’un n’est pas satisfait je préfère qu’il me le dise en face.
Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prête à faire 100 km ?
Une bonne pâtisserie
L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez dîner en tête-à-tête ?
Mon mari, ou ma grand-mère décédée. Je ne rêve pas de personnalité. J’aurais trop peur d’être déçue ou pétrifiée.
Votre mentor ?
Mon père
Le chef que vous admirez le plus ?
Joël Robuchon, parce…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.