retour haut de page

REPORTAGE

Le tour du lit en 88 jours

PAR Sébastien VAISSIERE | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 5 min

Depuis 20 ans, la clinique spatiale de Toulouse (Medes) mène des études d’alitement de longue durée pour préparer les vols spatiaux de demain. En clair, elle tient couchés des quidams pour reproduire les effets de l’impesanteur sur l’organisme. Boudu a profité de la dernière campagne en date, qui s’achevait le mois dernier, pour cueillir ces Pesquet du plumard au saut du lit.

Dans l’espace, la microgravité fait vieillir les artères de 10 ans en 6 mois. D’où l’utilité d’expérimenter des contre-mesures pour ralentir ces phénomènes, en vue de séjours martiens dont le trajet durera une année entière.

La vue est pourtant triste à pleurer : un ciel laiteux de vent d’autan, une ribambelle de mauvais arbres, un moineau qui volette autour d’une Panda cabossée, une femme en blouse qui vapote, et le reflet de warnings dans une flaque d’eau croupie. Le nez collé à la vitre, dans sa chambre de la clinique spatiale de Toulouse, Grégoire sourit comme s’il contemplait la Muraille de Chine par le hublot de la Station spatiale internationale. Les médecins du Medes l’ont levé la veille, et depuis, ce volontaire de 28 ans ne peut s’empêcher de regarder dehors : « En 60 jours, je n’ai vu que des bouts de ciel, des écrans, des visages, des murs et des plafonds. Couché la nuit, couché le jour, couché en mangeant, couché dans la douche. Alors forcément, je me fais une fête de tout ».

Les médecins du Medes l’ont levé la veille, et depuis, ce volontaire ne peut s’empêcher de regarder dehors.

Il s’est porté volontaire pour les 16 000 euros de rémunération. La somme lui permettra de payer les heures de vol qui lui manquent pour passer son brevet de pilote, étape indispensable à l’accomplissement de son rêve…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.