retour haut de page

7 raisons d’aller à Porto quand on préfère le banyuls

PAR Maud BENAKCHA
Temps de lecture 3 min

Grande région oblige, les Toulousains amateurs de vins mutés sont désormais tenus de préférer le banyuls au porto. Un chauvinisme éthylique qui n’interdit pas d’aller goûter aux charmes de la deuxième ville du Portugal, avec ses ponts fabuleux jetés sur le Douro, et son dynamisme économique retrouvé. Voici 7 bonnes raisons de se rendre sur place pour profiter de cette cité douce, pas chère, et en pleine movida.

Pour dénicher des antiquités
Pour voyager dans le Porto d’antan, rendez-vous  à la Feira de Velharias & Vintage, où cartes postales aux timbres oblitérés se mêlent aux anciennes raquettes et machines à écrire. Pour les allergiques à la poussière, on sirote un verre, en intérieur ou en terrasse, face au Douro.
Feira de Velharias & Vintage, rua de miragaia, 93


Pour l’écume
À 40 minutes en transports en commun du centre de Porto, l’Atlantique déploie ses rouleaux sous les surfeurs, et ses piscinas das marés, ces piscines naturelles d’eau de mer creusées dans la roche pour les nageurs.
Avenida da Libertade, Leca da Palmeira (ouvert en période estivale)


Pour les petites françaises
Sorte de croque-madame XXL local, la francesinha (littéralement « petite française ») se partage sur toutes les tables de Porto. Son origine remonte aux occupations militaires de Napoléon au Portugal, au cours desquelles les Portuans adoptèrent cette manie
française de tout manger avec du pain. Elle est donc composée de pain, de trois viandes et de beaucoup de fromage, et plongée…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.