retour haut de page

L'ADDITION

Chef : Balthazar Gonzalez passe à table

PAR Jean COUDERC | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 3 min

Parce que vouloir faire plaisir à sa mère peut être un but en soi, Balthazar Gonzalez a compris, dès son premier essai derrière les fourneaux, que c’est dans la cuisine qu’il prendrait sa revanche sur l’école. Formé chez les plus grands (Robuchon, Lecoutre, les frères Raimbault), il officie d’abord à Toulouse chez Solides avant de devenir à son tour chef au restaurant Le Bàcaro où il vient d’être repéré comme l’un des chefs français les plus prometteurs par le Gault&Millau.

Votre premier émoi gustatif ?
Le cou et le gésier du poulet

Le plat que vous détestiez enfant ?
Le navet mal cuit

Votre madeleine de Proust ?
La peau du poulet

Le plat le plus difficile à réaliser ?
La cuisson du poulpe

Votre plat « signature » ?
Pressé de bœuf, feuille de nori, espadon fumé

L’aliment que vous préférez ?
Le pain

Celui que vous détestez ?
Le saumon cuit

Les pires associations ?
Agneau sauce au chocolat

Votre pêché mignon ?
Le poulpe

Le piège en cuisine ?
La sous-cuisson (c’est la grande mode)

Le pire souvenir en cuisine ?
Un coup de pied au cul reçu de Pierre Lecoutre parce que j’avais cuit les poulets sans les vider.

Ce que vous inspirent les émissions comme Top Chef ?
J’aime bien, je trouve que les chefs ont un bon niveau.

Votre penchant alimentaire honteux ?
Les nouilles chinoises instantanées

Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prêt à faire 100 km ?
Un homard du Finistère nord

L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez diner en tête-à-tête ?
Michael Jackson

Votre mentor ?
Pierre Lecoutre

Le chef que vous admirez le plus ?
Pierre Gagnaire

L’aliment le plus bizarre que vous ayez mangé ?
Pouce-pied

Si vous étiez un ustensile de cuisine ?
Un couteau (ses bras en sont…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.