retour haut de page

À L'AFFICHE

Hallucinéma

PAR Sébastien VAISSIERE
Temps de lecture 2 min

Fasciné par un récit fou, Parker décide d’en faire un film. Il n’est pourtant ni producteur, ni scénariste, ni réalisateur.

En apparence, Dementia est un nanard naze bâclé par un réalisateur pistonné. En réalité, c’est un film surréaliste et noir, vénéré par Hitchcock, Buñuel et Lynch, qui mérite mille fois qu’on n’en laisse pas la jouissance aux seuls cinéphiles.
Sa genèse justifie à elle seule le prix de la place. Voilà le topo : on est dans l’Oregon, au début des années 1950. Adrienne, la secrétaire du jeune John J. Parker, déboule affolée dans le bureau de son patron. Elle lui dit avoir passé une nuit atroce, victime d’un cauchemar délirant qu’elle lui narre illico. Fasciné par ce récit fou, Parker décide d’en faire un film. Il n’est pourtant ni producteur, ni scénariste, ni réalisateur. Tout juste fils d’exploitant de salles de cinéma. Il emprunte de l’argent à sa mère, sollicite un coup de piston de la part de son père, et tourne en 6 jours le cauchemar halluciné de sa secrétaire, avec la principale intéressée dans le rôle principal.
Censuré, mal exploité, Dementia sort dans une seule salle en 1953 avant de tomber dans l’oubli, d’être exhumé par un producteur de films d’horreur en 1958, et de devenir culte dans les années 1970. Le film en lui-même est une mise en abîme bizarre, un rêve dans le rêve qui met le spectateur dans un état d’effroi doux. On pense à Psychose, à Un chien Andalou, à l’obsession de Lynch pour les nains, et on se régale de voir ce film de 55 minutes comme un spectateur avide et véritable, c’est-à-dire sans a priori, et au premier degré.


Dementia, de John J. Parker – Le 14 février à 19h à la Cinémathèque de Toulouse, dans le cadre du festival Extrême Cinéma (du 9 au 17 février)

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.