retour haut de page

REPORTAGE

Le Grand cercle : à la naissance d’un mouvement citoyen

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 6 min

Matthieu Sartre

Après plus de 6 mois de gestation, le mouvement Archipel Citoyen a organisé le 17 janvier à Saint-Cyprien sa première réunion publique, ou « Grand Cercle ». Son ambition ? Repenser les modes de gouvernance politique et remettre le citoyen au cœur des décisions de la métropole toulousaine. En ligne de mire, une candidature aux municipales de 2020. Entre rêve et pragmatisme, certitudes et tâtonnements, Boudu a assisté à la naissance d’un mouvement.

19h15, on se croirait presque à l’entrée d’une boîte de nuit à l’heure d’affluence. À ceci près que les trois physionomistes ont passé l’âge de montrer les muscles et que tout le monde peut entrer. Seule condition : donner son mail. Forte affluence oblige, on fait la queue pour passer le second sas. « On fait entrer au compte-goutte pour que les stands ne soient pas saturés », précise le jeune homme chargé de faire barrage. Derrière lui, la salle San Subra fourmille de monde.

Acte I : les îlots
Quand le malabar d’un soir libère le passage, encore désolé pour l’attente, débute la navigation à travers les « îlots ». Des stands thématiques qui présentent les grands principes, les objectifs et le fonctionnement du nouveau mouvement citoyen. Pas de tracts imprimés à la va-vite. Ici, on ne gaspille pas le papier. « Il est important pour nous que tout le monde ait les clés pour comprendre l’esprit et le fonctionnement du mouvement avant de rentrer dans le vif du sujet », nous explique Émilie Teyssèdre, l’une des deux porte-paroles provisoires de L’Archipel Citoyen.

Et si on rêvait de la société telle qu’on la voudrait avant de trouver des moyens d’y arriver ?

Depuis cet été, une quarantaine de citoyens actifs et près de 200 sympathisants jettent les bases de ce mouvement. Parmi eux, beaucoup ont déjà un…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.