retour haut de page

CHRONIQUE

Histoire : pêcheurs de pécheresses

PAR Marine GASC
Temps de lecture 3 min

Tous les mois, la blogueuse Marine Gasc vulgarise l’histoire de Toulouse à travers des anecdotes croustillantes.

S’il vous arrive de longer la Garonne entre le pont Saint-Pierre et le Pont-Neuf, vous êtes certainement familier des vestiges de l’ancien Pont-Neuf. Son histoire est pour le moins intéressante. Cet aqueduc antique a été modifié avant le XIIe siècle pour accueillir la traversée des piétons d’une rive à l’autre. En 1281, il s’effondre du fait des crues répétées. L’accident, qui l’a tristement rendu célèbre, fait 200 morts, emportés jusque dans l’Atlantique. Après de multiples travaux et malgré certaines rechutes, le pont a supporté pendant de nombreuses années « la gabio ». Autrement dit, « la cage ». Mais à quoi pouvait bien servir une cage en fer suspendue à une poulie au-dessus de la Garonne ? Tout simplement à laver le corps et l’esprit des Toulousaines coupables de luxure. En effet aux xive et xve siècles, la prostitution est interdite et les femmes accusées de prostitution ou de proxénétisme sont enfermées dans la cage et plongées au fond de la Garonne pendant plusieurs minutes. Les croyances populaires de l’époque disaient que seules les innocentes en ressortaient vivantes. Et elles étaient assez rares ! Faut dire que pécheresse ou non, après dix minutes sous l’eau… tu ne fais plus de bulle. Au xvie siècle, après une ultime destruction des pieds du Pont-Vieux par la Garonne, des travaux ont été menés pour construire le Pont-Neuf. La cage, elle, avait déjà disparu… mais pas la luxure

 

Retrouvez Marine Gasc sur son blog Raconte-moi l’Histoire.

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.