retour haut de page

REPORTAGE

À Montbrun-Bocage, soixante-huitard jusqu’au bout

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 7 min

Dans la foulée de mai 68, des dizaines de soixante-huitards en quête d’un autre mode de vie ont posé leurs valises là où Haute-Garonne et Ariège se confondent. Certains ont déchanté face à la réalité de la ruralité. D’autres, comme Jean-François Boniface, sont restés. Boudu l’a rencontré chez lui, à Montbrun-Bocage, quelque part entre sa maison, son atelier de menuiserie, son potager et son four à pain.

Pour arriver chez Jean-François Boniface, dans les collines où Haute-Garonne et Ariège s’entremêlent, rien de plus simple. « C’est au bout du chemin. Et aux embranchements, dans le doute, c’est comme en politique, toujours à gauche. » Tout au bout du chemin donc, au sommet d’une colline, le bitume s’échoue dans la cour d’un ancien hameau. Beauregard. À gauche, un long corps de ferme restauré. À droite, un parc planté de chênes centenaires, un fournil et un atelier.  Jean-François Boniface, grand gaillard dégarni, nous fait faire le tour du propriétaire. Un terme qui l’amuse et l’embarrasse à la fois… En bon soixante-huitard, la propriété ne faisait pas forcément partie de ses plans lorsqu’en 1973, à 18 ans, il fuit l’Oise pour échapper, au choix, à une famille conservatrice, à la prison pour avoir refusé de faire son service militaire, ou au conformisme de la vie banlieusarde. Quarante-cinq ans et quelques péripéties plus tard, le voilà donc qui dresse rapidement l’inventaire de sa propriété, achetée, comme le reste, par hasard ou par la force des choses. Dans le fournil réchauffé par la fournaise, trois jeunes wwoofers – travailleurs bénévoles dans des fermes bio –  s’activent au four et au pétrin sous le regard attentif mais bienveillant du maître des lieux. Derrière la petite boulangerie, un atelier de menuiserie monté dans les années 90 pour gagner quelques sous, et qu’il partage avec deux amis. Dans un coin, un mantra tracé à la main, « agir local, penser global », et des planches…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.