retour haut de page

CHRONOLOGIE

Mai 68 à Toulouse : la chronologie

PAR Julie GUÉRINEAU
Temps de lecture 10 min

Avec ses 33 000 étudiants et son industrie très développée, Toulouse est en 1968 la deuxième ville étudiante de France et dotée d’une classe ouvrière importante. Au printemps, elle est presque naturellement l’une des premières villes de province à emboîter le pas à Paris. Affrontements entre étudiants, manifestations fleuves, grèves et occupations, Toulouse a vécu un mai 68 actif, mais remarquable par sa relative non-violence. Déroulé des évènements en quelques grandes dates.

Opposition à la guerre du Vietnam dans le monde entier, aux lois d’urgence en Allemagne, au chômage inéluctable en Italie, choc après l’assassinat de Martin Luther King… Début 1968, un vent de révolte et d’indignation souffle dans le monde.

À Toulouse, pourtant, les manifestations de soutien au Vietnam sont très peu fréquentées. Et à l’exception des ouvriers des très grosses entreprises, rares sont les salariés à être politisés ou syndiqués, même s’ils supportent de moins en moins l’écart de salaires de 37 % entre Paris et la région Midi-Pyrénées.

Côté étudiant, Toulouse est la deuxième ville universitaire de France derrière Paris. En septembre 1967,
33 000 étudiants y ont fait leur rentrée, soit un dixième de la population toulousaine. Les chiffres défiant toutes les prévisions, la Faculté de Lettres, installée rue Lautmann, se trouve à l’étroit en attendant son déménagement au Mirail. Chaque étudiant dispose en moyenne de 40 cm2 contre les 4 m2 recommandés. Pour corser la situation, les facultés de Lettres et de Droit, dont les étudiants s’affrontent régulièrement depuis la guerre d’Algérie, sont contraintes à une promiscuité explosive. Mais en 1968, ce sont surtout la sélection à l’entrée de l’université, mise en œuvre en septembre, et les très rares débouchés professionnels qui s’offrent à eux en Midi-Pyrénées en raison de la très forte centralisation française qui inquiètent le plus les futurs diplômés.

En avril 1968, alors que le mouvement étudiant prend de l’ampleur dans la capitale, Toulouse emboîte le pas…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.