retour haut de page

ENQUÊTE

Journal d’un apprenti libertin

PAR Nicolas BELAUBRE | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 10 min

En matière de libertinage, le monde se divise en deux catégories. Ceux qui fréquentent les clubs, et ceux qui se demandent qui y va et ce qu’il peut bien s’y passer. Pour ceux qui font partie de la deuxième, Boudu a envoyé un de ses journalistes taper à la porte de quelques-uns de ces établissements toulousains où se pratiquent côte-à-côtisme, triolisme, mélangisme, exhib, candaulisme BDSM, orgies et autres plaisirs dénudés. Il en est revenu les joues rosies par l’émoi, et le carnet noir de notes…

Pour mener cette enquête, je commence par interviewer une vieille connaissance qui me briefe sur le milieu. « Le vrai libertin a plutôt 40 ans et une bonne éducation. Le milieu fonctionne par cooptation et, globalement, dans les bons plans tu retrouves les mêmes têtes. C’est comme une hygiène de vie. Quelque chose qui se revendique. Leur vie, c’est ça. Les vacances, les week-ends, les dîners… C’est une vraie communauté avec des tribus en fonction des délires. Le SM, c’est encore un autre réseau. Chez les libertins, il y a bien quelques soirées SM, mais c’est choupinou. On te met un ou deux fouets, quelques chaînes et un coin pour t’attacher… Si t’aimes pas le cul et d’une façon si particulière, tu te retrouves pas dans ces soirées. Tu tombes pas là par hasard. » Je l’interroge également sur les codes de bonne conduite, afin de ne pas commettre d’impair au cours de mon investigation. « Il ne faut pas s’attendre à ce qu’on te saute dessus. Les gens discutent en mangeant un bout et, si le courant passe, il y a des petits coins pour s’isoler. C’est bienveillant, personne ne te juge. On propose par le regard, par le geste. Mais la règle fondamentale, c’est l’hygiène ! D’ailleurs, tout le monde est rasé. »

Plus qu’une tenue correcte, c’est un comportement irréprochable qui est exigé.

Rasé de près, barbe soigneusement taillée, je peux m’aventurer sur le terrain. Au 360, un club-spa libertin plutôt hype, Joël est à…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.