retour haut de page

INTERVIEW

Éloge de l’herbe

PAR Sébastien VAISSIERE | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 6 min

Michel Duru est spécialiste des prairies à L’Inra Toulouse. En relation avec plusieurs unités de compétences différentes de l’Institut, il étudie les liens complexes reliant agriculture, environnement, alimentation et santé. Ses travaux les plus récents révèlent que la baisse qualitative du contenu de nos assiettes ces 50 dernières années est en partie imputable à la réduction de l’herbe au profit du maïs/soja dans l’alimentation des bovins, des ovins et même des volailles. Preuve définitive qu’il y a lait et lait, viande et viande… et œuf et œuf.

Comment avez-vous été conduit à établir le lien entre l’alimentation des vaches et la santé humaine ?

Il y a 8 ans, en qualité d’agronome travaillant sur les prairies, j’ai participé à l’évaluation de chercheurs spécialistes de la production laitière. Ils insistaient tous sur le fait que les acides gras contenus dans le lait sont radicalement différents selon qu’on nourrisse les vaches à l’herbe ou au maïs/soja.

Différents ?
De nombreuses études prouvent qu’un lait de vache à l’herbe contient beaucoup plus d’antioxydants et de vitamines qu’un lait de vache nourrie au maïs/soja. Même chose pour la viande et les œufs. C’est fondamental de le comprendre : il y a lait et lait, viande et viande, œuf et œuf. Outre la question de l’herbe, ces chercheurs travaillant sur la production laitière soulignaient l’importance de la question des acides gras pour la santé humaine.  À la même époque, je lisais des ouvrages sur les rapports entre la composition de nos assiettes en acides gras et les maladies chroniques, par exemple celles du cœur et du cerveau. Justement, un des facteurs explicatifs évoqués dans ces ouvrages était la teneur de nos aliments en acides gras omega_3. Il y avait donc un chaînon manquant dans la recherche, puisque personne n’allait encore de l’alimentation des vaches jusqu’aux maladies humaines. C’est ainsi que j’ai établi le lien entre alimentation des vaches, composition de notre assiette en acides gras, et notre santé. J’ai pris ensuite en compte les antioxydats et les résideus…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.