retour haut de page

CONVERSATION

José Bové, pessimiste actif

PAR Jean COUDERC | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 14 min

Qui mieux que José Bové pour porter un regard critique sur l’évolution de notre agriculture depuis un demi-siècle ? L’emblématique pourfendeur de la malbouffe, encore député européen pour quelques mois, a accepté de suspendre pendant une heure son combat en faveur des indépendantistes catalans, pour nous recevoir chez lui, sur les hauteurs du Larzac, et parler du monde paysan. S’il nous confie sa satisfaction d’avoir vu les citoyens s’emparer du sujet de l’alimentation, il n’en demeure pas moins pessimiste sur les chances de voir le modèle agricole changer en profondeur.

Comment se porte aujourd’hui le monde agricole ?

La situation est très contrastée avec d’un côté des gens qui gagnent beaucoup d’argent sur des très grandes surfaces, notamment les céréaliers et certains éleveurs, et de l’autre une grande majorité, qui constituent l’agriculture au sens conventionnel du terme, qui survit, la tête dans le guidon, avec de très faibles revenus. En même temps, on assiste à une émergence, difficile à quantifier mais de plus en plus significative, de personnes, en majorité issues des nouvelles générations, qui sont sur des modèles de petite taille et qui rompent avec le système traditionnel. La meilleure preuve est le nombre d’agriculteurs qui s’installent hors aide, qui représentent entre 40 et 60 % des installations dans certains départements.

En quoi le monde agricole a-t-il changé depuis la création de la Confédération paysanne en 1987 ?

On a tout d’abord perdu énormément de paysans : on devait être encore, à l’époque, à 5-6 % de paysans dans la population. Aujourd’hui, on est à 1,5 million au maximum. On a vécu un agrandissement des fermes et une accélération de la logique de mécanisation qui ne correspond plus forcément aux besoins de l’agriculteur, mais à un modèle qui s’emballe. Plus globalement, on est sur une logique qui a coupé les agriculteurs des territoires en les transformant en producteurs de matière première.

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.