retour haut de page

INVENTAIRE

L’agriculture vue des labos

PAR Julie GUÉRINEAU
Temps de lecture 7 min

Souvent perçu comme le grand méchant vendu à l’industrie agroalimentaire et aux OGM, l’Institut national de recherche agronomique (Inra) s’empare depuis quelques années des préoccupations sociales et environnementales qui traversent notre époque. À l’Inra Occitanie-Toulouse, 1 200 chercheurs planchent sur l’agriculture de demain. Boudu en a sélectionné un échantillon pour avoir un aperçu de ce qu’ils nous préparent.

Pour des petits ruminants adaptés à des exploitations durables
Longtemps, la sélection génétique d’ovins (famille des moutons) et caprins (famille des chèvres) a privilégié la capacité à prendre du muscle pour les races à viande, ou à produire du lait de qualité et/ou en quantité et à avoir des mamelles aptes à la traite mécanique pour les races laitières. Aujourd’hui, avec le programme européen Smarter, l’Inra travaille à l’élaboration de nouveaux critères de sélection génétique, plus adaptés à des élevages respectueux de l’environnement. « Ces critères permettront de sélectionner des « béliers élite » dont la descendance sera plus résistante aux parasites et à la vie en milieux naturels rudes, et capable de revenir rapidement à une production normale après, par exemple, une pénurie de nourriture. L’objectif étant de pouvoir produire autant avec moins de médicaments et d’aliments venus de l’extérieur de l’exploitation », explique Carole Moreno-Romieux, généticienne à l’Inra Occitanie Toulouse et coordinatrice du programme Smarter. Pendant 4 ans, les chercheurs vont étudier 1,5 millions d’individus de 46 races dans 10 pays européens, notamment près de Roquefort. Objectif : repérer lesquelles de ces caractéristiques de robustesse et de résilience sont héréditaires, et comment prédire avec leur ADN quels seront les meilleurs futurs béliers reproducteurs. « On ne manipule pas l’ADN. On fait ressortir le meilleur de la nature en conservant une diversité », souligne la généticienne. Les premiers résultats…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.