retour haut de page

REPORTAGE

Les Sourciers, ou l’hydroponie naturelle

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 8 min

Depuis 2013, un couple d’anciens cadres franco-argentin démontre avec sa microferme gersoise que l’hydroponie n’est pas l’apanage des producteurs intensifs de tomates sans goût. Et que oui, on peut faire pousser avec moins d’eau, peu d’argent, et sans traitements, des produits sains au goût puissant.

Ce matin là, la brume gersoise ne semble décidément pas prête à se lever sur Lagraulet. La lumière est froide et l’air humide. Mais malgré l’hiver qui approche, sous la serre des Sourciers, les tomates rougissent encore et les herbes fraîches poussent à foison. Sans chauffage, ni éclairage, ni traitements. Ni même de terre. Ici, les plantes poussent les pieds dans l’eau, avec un peu de nourriture. Et c’est tout.

Marion et Nicolas Sarlé ont créé cette microferme de maraîchage en hydroponie naturelle – la toute première de France – en 2013. Une démarche expérimentale pour prouver que l’hydroponie n’est pas l’apanage des producteurs de tomates assaisonnées aux pesticides, et qu’une petite structure qui favorise la qualité à la quantité peut être rentable. « En France, 80 % des plants de tomates poussent en hydroponie. Et l’hydroponie, c’est comme tout. Il y a du très bon et du très mauvais », souligne Marion d’emblée.

Chez les Sourciers, le principe est simple. Les plantes – légumes anciens, herbes fraîches et fleurs comestibles – sont placées dans des petits pots remplis de billes d’argile naturelle, eux-mêmes posés dans des gouttières dans lesquelles circule de l’eau. Dans cette eau, on ajoute une solution nutritive constituée de nutriments minéraux (naturels) et…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.