retour haut de page

C'EST DIT

« Si tout le monde passe au bio, on va affamer la population. »

PAR Jean COUDERC | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 4 min

On ne pouvait décemment pas parler d’agriculture sans donner la parole à Yvon Parayre, président de la chambre d’agriculture de Haute-Garonne, qui tire la sonnette d’alarme face à la tentation d’accélérer la conversion au bio.

On a l’impression que l’agriculture est devenue tendance. Vous souscrivez ?

C’est certain. Mais cette tendance a du bon et du mauvais. Elle signifie qu’il y a une certaine reconnaissance de l’agriculture et de nos acteurs. C’est donc valorisant. Les gens veulent manger sainement. Tant mieux. Mais il faut faire attention à ne pas exagérer.

C’est-à-dire ?

Les agriculteurs ont bien compris qu’il y avait une plus grande exigence de la part des consommateurs. Et ce surcroît d’exigence se traduit parfois par des contraintes règlementaires qui tombent sur le dos des agriculteurs. Il faudrait trouver une certification qui permette aux agriculteurs, une fois que leur exploitation est certifiée, de travailler tranquillement. Vue la période économique défavorable que l’on traverse, c’est compliqué de leur imposer des contraintes supplémentaires.

Les agriculteurs ont bien compris qu’il y avait une plus grande exigence de la part des consommateurs.

La conjoncture est défavorable ?

On vient de vivre une année catastrophique, noire, la pire depuis que j’exerce. À cause des excès de pluviométrie du premier semestre 2018, une grosse partie des céréales a été touchée. Leur rendement a chuté de moitié et la qualité s’en est ressentie, notamment sur le blé dur. Donc les revenus sont au plus bas, et les problèmes de trésorerie importants. Depuis 4-5 ans, avec les différentes crises, notamment laitière et porcine, on n’a pas été épargné. Particulièrement en Haute-Garonne qui était déjà en queue de peloton.…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.