retour haut de page

VITE DIT

Calas, Voltaire et Trump : cinq questions à Robert Darnton

PAR Margot FOURNIÉ
Temps de lecture 3 min

Dans une chronique publiée fin décembre dans le New York Times, l’historien américain Robert Darnton enjoint ses concitoyens à employer l’esprit de Voltaire, et notamment ses écrits sur l’affaire Calas*, contre la grossièreté et la brutalité du trumpisme. Preuve que cette affaire judiciaire toulousaine vieille de 250 ans demeure un symbole universel d’injustice et d’intolérance.

En quoi le Voltaire de l’affaire Calas peut-il inspirer les Américains ?
Aux États-Unis, l’État est abusé par un président qui appelle parfois à la violence et au racisme. En conséquence, je pense que tout citoyen est tenu de se dresser contre l’injustice. Attention, je n’appelle pas à la révolte. Tout ça doit rester dans les limites de la loi.
La pensée de Voltaire est donc toujours d’actualité ?
La vision de Voltaire, marquée par un engagement brûlant, est toujours applicable. Cependant, elle garde la couleur des siècles passés. Par exemple, elle considère qu’il ne faut pas éduquer le peuple, pour ne pas l’inciter à quitter les champs.
Que dit l’affaire Calas de la société française de l’époque ?
Elle est exemplaire des défaillances du système judiciaire français du XVIIIe siècle. Le Parlement de Toulouse était occupé par une noblesse de robe qui ignorait les droits des accusés. Elle est également symptomatique du contexte de persécution des protestants.
D’abord convaincu de la culpabilité de Calas, Voltaire s’est finalement ravisé. Pourquoi ?
Il était sceptique, mais la condamnation sans preuves l’a particulièrement choqué. Il était aussi hostile aux parlements. Il considérait ceux qui y siégeaient comme des ennemis des lettres, des privilégiés sans éducation. Il a trouvé dans ce procès l’occasion de s’élever contre ces institutions.
Cette affaire est-elle unique en son genre ?
Elle n’est en tous cas pas la seule à avoir frappé l’opinion publique de l’époque. Je pense par…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.