retour haut de page

L'ADDITION

Chef. Frédéric Phone passe à table

PAR Boudu
Temps de lecture 4 min

Arrivé à l’adolescence en France depuis son Laos natal, Frédéric Phone s’est d’abord imaginé électricien. Avant de se raviser et de découvrir, grâce à son oncle, l’univers de la cuisine. Après plus de vingt ans à exercer dans différents hôtels parisiens, ainsi qu’à l’Assemblée nationale, il a pris la direction de Toulouse où il vient de racheter le Bouchon Lyonnais. Bien qu’il l’ait rebaptisé Nelly et Frédéric Phone, il est resté fidèle à la cuisine du terroir qui a fait la réputation du lieu.

Votre premier émoi gustatif ?
Le bœuf bourguignon

Le plat que vous détestiez enfant ?

Aucun, j’aime tout, et j’aime découvrir. C’est comme ça qu’on prend du plaisir à cuisiner.

Votre madeleine de Proust ?

Purée jambon

Votre plat signature ?

Le ris de veau

Le plat le plus difficile à réaliser ?
Le lièvre à la royale

L’aliment que vous préférez ?

Les tripes

Les pires associations ?

Aucune. En tant que cuisinier on essaie toujours d’apporter une touche personnelle.

Votre péché mignon ?

Le blanc-manger

Vos sources d’inspiration ?
Paul Bocuse. C’est un maître, un dieu.

Le piège en cuisine ?

Le gros service, quand les clients arrivent tous en même temps.
Il faut sans arrêt faire attention.

Le pire souvenir en cuisine ?

Suite à un désaccord, t oute l’équipe a rendu le tablier. Je me suis retrouvé seul pour 130 couverts.

Ce que vous inspire Trip Advisor ?
On ne peut pas s’en passer aujourd’hui.

Les émissions comme Top Chef ?
Ça fait évoluer l’image du métier, et donne à de jeunes talents la possibilité de s’exprimer.

L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez dîner en tête-à-tête ?
Catherine Deneuve

Le plat pour lequel vous êtes prêt à faire 100 km ?

Du foie gras

Votre mentor ?

Alain…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.