retour haut de page

FIÈVRE JAUNE

L’Union fait la force

PAR Charlotte CAUSIT | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 5 min

Le mouvement des gilets jaunes semble sonner l’heure de la concertation citoyenne. À L’Union, dans la banlieue nord-est toulousaine, on l’expérimente déjà. 15 citoyens ont été tirés au sort pour gérer 10% du budget voirie. Une initiative inédite localement dont Marc Péré, le maire de la commune, est convaincu du caractère révolutionnaire… 

Cette commission est-elle la réponse à la crise des gilets jaunes ?

Oui et non. Depuis 2014 nous avons œuvré à la mise en place de concertations citoyennes. Nous avons ainsi mis en place quatre commissions dans les domaines du développement durable, du numérique, de la culture et de l’action sociale. Tout citoyen pouvait y siéger et proposer des projets, mais sans garantie qu’ils voient le jour étant donné qu’il n’y avait pas de budgets fléchés et que le choix final revenait au conseil municipal. La crise des gilets jaunes a accéléré notre réflexion et nous a permis de passer à l’étape supérieure.

Comment cela a-t-il impacté votre réflexion ?

Quand les gilets jaunes se plaignent de ne pas être écoutés, ils disent vrai. On essayait modestement de faire changer les choses mais cette crise a fait office de piqûre de rappel. Nous nous sommes interrogés sur notre valeur ajoutée en tant qu’élus et sur notre légitimité à siéger dans le comité de pilotage voirie. Nous en avons conclu que les citoyens, de par leur expertise d’usage, seraient autant, voire plus performants que nous. Nous avons donc décidé en décembre d’allouer une partie du budget annuel de la voirie à une commission délibérative. C’est une première et c’est révolutionnaire.

En quoi est-ce novateur ?

Cette commission délibérative est novatrice car elle va à l’encontre des principes d’organisation de l’exécutif dans les collectivités locales. Ce sont toujours…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.