retour haut de page

REPORTAGE

Coloc au Château

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 6 min

À deux pas de Fermat et de la Garonne, il est une colocation un peu à part. Un appartement somptueux mais défraîchi, mi-bourgeois, mi 70’s. Une véritable auberge espagnole tenue par des colocataires à l’imagination débordante et aux fêtes décadentes. Le tout avec la bénédiction de leur propriétaire.

Entrer au « Château de la Daurade », c’est s’immerger dans un monde familier mais déconcertant. Un monde où il faut faire attention au chat lunatique, où les pendules indiquent midi à 14 heures, où les sacs de boxe sont accrochés à des trapèzes, et où des têtes de chevaux en carton trônent sur des cheminées en marbre. Un dédale de 120m2 de couloirs et de pièces en enfilade où les moulures et les médaillons à motifs de chérubins côtoient le formica et le jonc marron. Bref, « Le Château » ne ressemble à aucune autre colocation.

Le fait que l’appartement soit tout tordu met les gens dans un certain état d’esprit, moins carré, moins aseptisé.

Depuis une quinzaine d’années – la légende raconte que l’histoire dure depuis plus longtemps – cet appartement bourgeois avec vue plongeante sur la Daurade a vu passer plus d’une vingtaine de colocataires. Venus de la rue voisine ou de l’autre bout du monde, ils restent là quelques semaines, quelques mois, quelques années, avant de partir et de céder leur place sans oublier de laisser une trace. Chaque pièce de l’appartement regorge de souvenirs d’anciens habitants dont on ne connaît plus toujours les noms ou les visages, mais dont les photos – à divers degrés d’alcoolisation – sont encore accrochées aux murs. Ils ont laissé là un manteau en fausse fourrure, un trapèze, une boule de bowling, un pot d’échappement…

En ce moment les châtelains s’appellent Andi, Mina, Louis et…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.