retour haut de page

L'HOMME DU FUTUR

Anatole Levilain-Clément : Cinéaste bidouilleur

PAR Charlotte CAUSIT
Temps de lecture 4 min

© DR

Remarqué très tôt pour ses courts-métrages, cet Aveyronnais d’origine, qui étudie le cinéma à l’école de la Cité de Luc Besson à Paris, a remporté en 2017 le Short d’or pour Sunlight, réalisé au cours de son BTS audiovisuel à Toulouse.

Précoce

À l’école primaire, il commence à filmer avec l’appareil photo de ses parents. Il ne s’arrêtera plus. Touche à tout, il se met à dessiner, prendre des photos, écrire et jouer de la musique. Au lycée, il réalise deux mini albums de musique électronique « pas tops, mais pour m’inspirer ». Il ne voit pas ses créations comme « une fin en soi » mais comme des expérimentations au service de son cinéma.


Bidouilleur

Les difficultés l’inspirent et le motivent. Son truc, c’est « bidouiller », créer à partir de tout et de rien, souvent sans argent. Il réalise ainsi son film d’animation Il était un mur avec une équipe de 5 personnes et un budget de 200 euros. Il refuse de renoncer à ses idées « peut-être trop nombreuses », pour des questions de moyens techniques et prend plaisir à contourner les obstacles.


Expérimentateur

Actuellement étudiant à l’école de la Cité de Luc Besson à Paris, il collectionne les récompenses (plus d’une vingtaine) locales, régionales, nationales et même internationales. En 2017 il remporte à Cannes le premier prix du festival de courts-métrages Tous en Short, réservé aux apprentis cinéastes. Apprenti et même expérimentateur, puisqu’Anatole s’intéresse de plus en plus à la réalité virtuelle et aux formats sériels, nécessaires selon lui au renouveau du cinéma : « peut-être faut-il à présent déconstruire le cinéma ».


Perché

Anatole  l’assume : « Je suis un peu foufou. Je suis un gosse,…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.