retour haut de page

ALLEZ-Y QUAND MÊME

Sept raisons d’aller à Dublin même quand on est rancunier

PAR Jean COUDERC
Temps de lecture 5 min

Vous en avez assez de subir depuis plusieurs années la loi des équipes irlandaises en Coupe d’Europe ou du XV du Trèfle lors du Tournoi des VI Nations ? Ce n’est pas une raison pour snober la capitale irlandaise, ses pubs, son art roman, son folklore, et sa (contagieuse) joie de vivre. Et puis cette année, n’est-ce pas le Pays de Galles qui a fait le Grand Chelem ?



1 – Pour les
pubs

On a beau le savoir, le découvrir de ses propres yeux est absolument fascinant. À Dublin, comme partout en Irlande, le pub est beaucoup plus qu’un simple bar où l’on va boire un verre. Véritable lieu de rassemblement à toute heure du jour ou de la nuit, il concentre une faune cosmopolite et surtout intergénérationnelle qui perpétue la tradition sans même s’en apercevoir. La profusion de pubs, plus chaleureux les uns que les autres, est telle qu’il est bien difficile d’en conseiller un. Peut-être le Brazen Head, qui se revendique le plus vieux pub dublinois, ou le Mulligan’s, réputé pour la qualité de ses sessions musicales.

Brazen Head, 20 Lower Bridge St / Mulligan’s, 8 Poolbeg St

2 – Pour le fighting spirit

La bagarre, en Irlande, est perçue positivement. Il faut dire que l’on ne se libère pas du joug des Anglais sans envoyer quelques mornifles. Du coup, ce fighting spirit est vraiment perceptible dans la vie de tous les jours. Longtemps opprimés, les Irlandais se sont battus pour obtenir ce qu’ils ont aujourd’hui. Cela donne un peuple déterminé qui ne se lamente pas même s’il aime bien se complaire…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.