Interview

Chef. Simon Fétis passe à table

Rédaction : ,
Photo : ,
le 2 octobre 2019 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Après avoir parcouru l’Australie puis l’Espagne, puis s’être essayé aux arts appliqués, il prend la direction de Tarbes pour ramasser des haricots avant d’intégrer une école de steward. De retour à Toulouse en 2010, Simon Fétis travaille deux ans à la Braisière avant de reprendre sa formation au CFA de Blagnac. Après une alternance au restaurant En pleine nature, il ouvre, avec sa compagne, le restaurant Les têtes d’ail en 2015, et est lauréat, cette année, dans la catégorie table gourmande du Prix Lucien Vanel.

Votre premier émoi gustatif ?

La crème anglaise de ma grand-mère.

Le plat que vous détestiez enfant ?

Les concombres mais aujourd'hui, j'aime tout.

Votre madeleine de Proust ?

Le millasson de la pâtisserie Suberbielle.

Le plat le plus difficile à réaliser ?

Moi je ne fais rien de compliqué, je prends des bons produits et je leur fous la paix.

Votre plat signature ?

Je n’en ai pas vraiment car on renouvelle très régulièrement la carte, les gens ne viennent pas pour remanger la même chose.

L’aliment que vous préférez ?

J’aime beaucoup les champignons.

Celui que vous détestez ?

Je n’ai pas la culture des fruits exotiques, je n’aime pas les travailler.

Les pires associations ?

Je ne sais pas, pour moi il faut goûter. J’aime bien les associations un peu débiles comme du pigeon avec des petits pois, des cerises et des myrtilles.

Vos sources d’inspiration ?

Instagram, je regarde ce que font les meilleurs, surtout les chefs étrangers.

Le piège en cuisine ?

Le show-off, vouloir prouver qu’on est bon alors qu’il faut juste faire ce qu’il nous plaît, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Le pire souvenir en cuisine ?

Cuisiner avec les pieds dans 10 cm d’eau avec des fils électriques dénudés et des gens en train de les bidouiller au milieu de la cuisine.

Ce que vous inspire Trip Advisor ?

Les gens ne devraient pas rester anonymes puisque nous
on ne l’est pas.

Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prêt à faire 100 km ?

Les plantes et les champignon que mon cueilleur me ramène.

Votre mentor ?

Sylvain Joffre, c’est lui que j’appelle quand j’ai besoin1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Lapérouse revisité

Ce fut LA grande aventure scientifique du siècle des Lumières. Une expédition équivalente en ambition et en coût à ce que fut le premier pas de l’Homme sur la lune...

> Lire l'article <
Lapérouse Albi
Conversation -

Robert Ménard : Mal embouché

Fin septembre, la justice a prononcé un non-lieu dans une affaire de suspicion de fichage ethnique et religieux des écoliers de Béziers. Fin juin, la Cour de cassation avait définitivement débouté...

> Lire l'article <
Robert Ménard Béziers