retour haut de page

BÉDÉ

Colomiers : indépendance (B)D

PAR Mathieu QUINTARD 
Temps de lecture 6 min

Le festival BD Colomiers fête ses 32 ans ce mois-ci. Avec ses 180 000 euros de budget et ses 14 000visiteurs, le rendez-vous columérin est loin de rivaliser avec les 200 000 visiteurs et les 4,3 millions d’euros du festival d’Angoulême. Et d’ailleurs, ce n’est pas ce que cherchent ses organisateurs. BD Colomiers ne fait pas la course, et porte un autre flambeau que celui des gros éditeurs et des stars de la bédé.

« Nous n’avons jamais eu l’ambition de faire la même chose qu’à Angoulême » assène Patrick Rouquette. Ce retraité de 70 ans est à l’origine du festival créé en 1987, aux côtés de la librairie La Préface et de Columérins passionnés de bande dessinée indépendante. Dès l’origine, le festival répondait à une vision bien précise : « J’avais mis en place une scénographie, on organisait des expositions. Je voulais créer une activité structurante comme le festival de rue de Ramonville ».  Une recette qui fonctionne : en 1998, le salon fait 23 000 entrées – la ville compte alors 28 000 habitants -,  un public nombreux venu notamment pour l’exposition consacrée à Jean-Claude Mézières, le dessinateur de Valérian.

Pourtant quelques années plus tard, en 2004, la Mairie décide de confier la direction artistique de l’évènement à Marc Pichelin et au collectif d’auteurs alternatifs albigeois Les Requins marteaux. Ces derniers sont les créateurs du Supermarché Ferraille, critique acerbe et délirante de la société de consommation – chez Ferraille on peut acheter du foie de chômeur ou de la méthamphétamine en conserve.

« J’ai proposé un programme sur trois ans avec pour chaque année une question, détaille Marc Pichelin. La première année, la question était : Qu’est-ce qui fait rire en bande dessinée ? ” J’ai programmé autour de cette question plusieurs expos (Vuillemin, Musée Ferraille, Lefred-Thouron…) et événements (spectacle et rencontres). »…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.