retour haut de page

ALLEZ-Y QUAND MÊME

Sept raisons d’aller à Stockholm même si on a peur des clichés

PAR Emmanuelle LARTIGAU
Temps de lecture 5 min

Même si les Suédois passent la moitié de l’année plongés dans la nuit et l’autre moitié à monter des meubles dont ils sont les seuls à comprendre le mode d’emploi, ils sont fortiches pour faire le beau pratique un peu partout. Boudu a trouvé 7 sept raisons d’aller à Stockholm pour constater que les clichés ont parfois du bon.

Pour Östermalm et son gravlax

Premier cliché, les Suédois mangent du saumon, du vrai, du bon. Et ils savent le cuisiner de mille façons mais ce sont surtout les rois du Gravlax. La bête est marinée. Ne cherchez pas LA recette, il y en a autant que de Suédois. Allez le déguster au marché couvert d’Östermalm, récemment restauré. Expérience gustative garantie.

Östermalm Saluhall, Nybrogatan 31

 

Pour le design

Second cliché, les Suédois ont le design dans la peau, ils montent les meubles les yeux fermés. Difficile d’y échapper dans le pays qui a vu naître Ikea. Ils créent du beau, pratique et en mettent partout, chez eux comme dans l’espace public. Arrêts obligatoires à ArkDes, le Centre national d’architecture et de design de Suède, au Nationalmuseum, le plus grand musée d’art et de design de Suède, mais aussi, plus surprenant, au Skogskyrkogården (le cimetière boisé), inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, qui offre une expérience architecturale unique. Quintessence de la rencontre entre le classicisme et le fonctionnalisme nordiques, 80 % de ses visiteurs sont des designers venus du monde entier… Pourquoi se priver ?

ArkDes, Exercisplan 4. Nationalmuseum, Södra Blasieholmshamnen 2. Kogskyrkogården, Sockenvägen

 

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.