retour haut de page

REPORTAGE

Télétravail : En pantoufles mais productif

PAR Paul PERIÉ | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 6 min

Quatre jours par semaine, Patrice Clerc travaille depuis son domicile. Ce dessinateur de charpente métallique, employé par une entreprise de Grenade-sur-Garonne, évite ainsi les bouchons du périphérique toulousain, et jouit d’une vue imprenable sur le Mont Valier. Une organisation idéale, à condition de ne pas laisser le travail empiéter sur la vie de famille.

En ce matin d’automne, le soleil inonde le Couserans et, en admirant la vue sur les Pyrénées, on comprend mieux pourquoi Patrice Clerc a fait le choix de travailler chez lui. « Lorsqu’il fait beau, je finis mon café sur la terrasse en regardant le mont Valier, la nature, les animaux…  Il y a souvent beaucoup de brouillard dans la plaine mais nous sommes privilégiés ici », s’enthousiasme ce dessinateur de charpente métallique installé à Mercenac, en surplomb du Salat. Ce qui lui plait dans le télétravail, c’est de profiter d’un tel cadre de vie.

Après son petit-déjeuner, pantoufles aux pieds, il prend possession de son espace, un bureau fermé sur la mezzanine. Une pièce destinée dès le départ à cet usage dans une maison dont il a dessiné tous les plans, même si une partie sert de lieu de stockage. « Ici, je ne suis pas dérangé par les bruits d’un open space, et ma famille respecte cet espace », indique ce père de deux enfants, dont l’épouse, comptable, travaille à Saint-Girons, à quelques kilomètres de là. « Elle aimerait parfois que je fasse certaines choses à la maison mais je suis en mode travail », insiste Patrice, dont les journées de télétravail commencent à 7h30 pour s’achever vers 18 heures. Une discipline qu’il n’a pas de mal à tenir. « En été, je peux bosser en short mais je reste productif. » À 53 ans, son corps affuté témoigne des séances de crossfit qu’il s’inflige entre midi et deux, « une…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.