Enquête

Preditox. Prévenir pour ne pas avoir à guérir

Rédaction : ,
le 6 décembre 2019 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Déterminer en trois jours si un produit est cancérogène.  C’est ce qu’ont réussi à faire Laure Khoury et Marc Audebert, ingénieure et chercheur en toxicologie. Après quatre ans passés à tester leur méthode, ils ont créé leur société, Preditox, pour aider à la mise sur le marché de produits sans danger pour la santé.

Une technique innovante

Laure Khoury et Marc Audebert ont eu l’idée de créer ce procédé lorsqu’ils se sont aperçus que la plupart des tests classiques, qui dataient d’il y a plusieurs dizaines d’années, étaient loin d’être performants et nécessitaient plusieurs semaines d’attente avant d’obtenir un résultat. Ils ont alors imaginé une technique plus performante, plus rapide, moins coûteuse, et qui ne nécessite pas l’utilisation d’animaux de laboratoire.

Comment ça marche ?

La méthode consiste à sélectionner des cellules humaines, issues de différents organes (cerveau, foie, côlon, peau), et de les exposer 24 heures au composé d’un produit à tester. Si l’ADN est cassé, le composé testé sur cette cellule est potentiellement cancérogène. Pour valider la première observation, et s’assurer de la qualité des résultats observés, le test doit ensuite être reproduit au minimum deux fois.

En discussion avec l’OCDE

Preditox a permis de tester pas moins de 700 composés. La société a commencé par étudier des produits présents dans l’agroalimentaire comme les métaux lourds, les pesticides ou les moisissures. Désormais, elle travaille avec des groupes pharmaceutiques et cosmétiques nationaux et ambitionne de s’étendre à l’étranger. Pour ce faire, ils sont en discussion avec l’OCDE pour faire valider leur test.

Une première pierre

Actuellement hébergés par l’INRA, Laure Khoury et Marc Audebert souhaitent créer leur propre laboratoire pour poursuivre leur croissance. Avec de multiples projets en tête comme celui de « développer un test qui permette d’étudier l’effet antivieillissement de crèmes ou de compléments alimentaires ».

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Duo des NonLe rural moins les murs

Avant de faire l’intéressant pour faire rire les gens, Jean-Jacques Cripia a fait l’instituteur pour faire plaisir à sa mère.  Ce n'est qu’en 1993, à 33 ans, qu’il a tout plaqué...

> Lire l'article <
Vécu -

Brouillé avec le brunch

« Est-ce que tu viens bruncher dimanche ? » Visiblement plus cool qu’un simple déjeuner, le virus brunch se propage à Toulouse, comme ailleurs.

> Lire l'article <
Brunch - Toulouse - Boudu
Enquête -

Vallée de l'OrbielLe paradis empoisonné

[caption id="attachment_12327" align="alignright" width="300"] Denis et Cindy Morel avec leurs enfants[/caption] Au nord de Carcassonne, grimpant vers la montagne Noire, apparaît un petit bout d'Aude au charme fou. La vallée...

> Lire l'article <