Enquête

Raid Amazones. Cinq questions à Bénédicte Blanc*

Rédaction : ,
Photo : ,
le 6 décembre 2019 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Visiteuse médicale dans sa vie toulousaine, Bénédicte Blanc a participé, en octobre dernier, au Raid Amazones au Vietnam en compagnie d’Emmanuelle Gardini. Ou comment conjuguer dépassement de soi et action humanitaire. Pour Boudu, elle nous raconte cette aventure exaltante.

Comment vous est venue l’idée de participer à cette manifestation ?

Il y a cinq ans, j’ai rencontré Emmanuelle, une des pédiatres avec lesquelles je travaille. Nous avons tout de suite sympathisé, notamment autour
du sport. à l’époque, elle rentrait juste du rallye des Gazelles, une course
en 4×4 dans le désert marocain réservée aux femmes. Moi je rêvais davantage du raid Amazones dont mon frère qui travaille dans l’hôtellerie à l’étranger, avait accueilli les participantes à l’Île Maurice.

Pourquoi étiez-vous attirée par le Raid Amazones ?

Parce que comme le dit le slogan, le Raid Amazones, c’est « pas de moteur, que de la sueur ». Trail, VTT et canoë, le triptyque me plaisait bien.

Et puis j’étais également séduite par l’idée de conjuguer dépassement de soi, découverte d’un pays et humanitaire. Parce que le Raid Amazones, dont la 20e édition aura lieu en 2020, change de pays chaque année.

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de vous lancer ?

Le plus dur dans ce type de projet est de trouver du sponsoring parce que cela revient quand même assez cher (9 000 euros pour deux participantes). Lorsque nous nous sommes décidées, en 2018, nous nous sommes mis en quête de sponsors tout en décidant de courir pour Pédiatres du Monde, une association qui travaille à l’amélioration de la santé de l’enfant dans le monde, particulièrement dans les pays en voie de développement. Il nous tenait à cœur de faire parler de cette association et de récolter des fonds pour l’aider.

Ce que vous êtes parvenues à faire ?

En effet ! On a non seulement réussi à réunir la somme nécessaire pour partir mais aussi à aller au-delà puisque nous allons remettre un chèque,
le 4 décembre prochain, de 1 500 euros à Pédiatres du Monde.

Et sur place, racontez-nous…

Le matin était réservé aux épreuves sportives. On se levait tous les jours à 3h pour un départ à 4h à cause de la chaleur et de l’humidité. L’après-midi était consacrée aux activités avec les locaux. On a été vraiment impressionnées et touchées par l’accueil. Les gens ont beau n’avoir presque rien, ils ont toujours le sourire. C’est une belle leçon de vie. Quant aux paysages, ils sont exceptionnels. Un matin, on s’est retrouvé sous une pluie torrentielle pour une épreuve de canoë. Les couleurs étaient splendides, c’était magique.

* Bio express

• 2014 :  rencontre avec Emmanuelle Gardini
• 2019 :  Participe au Raid Amazones au Vietnam

À lire aussi dans ce numéro

Vécu -

Brouillé avec le brunch

« Est-ce que tu viens bruncher dimanche ? » Visiblement plus cool qu’un simple déjeuner, le virus brunch se propage à Toulouse, comme ailleurs.

> Lire l'article <
Brunch - Toulouse - Boudu
Format court -

L’ aidant du bonheurAnthony Jean

Le Sicoval, la communauté d’agglomération du Sud-Est toulousain, aime bien les pas de côté. Pendant que sa voisine Toulouse Métropole s’enorgueillit de sa jeunesse, ce territoire lauragais dont Ramonville et...

> Lire l'article <
Enquête -

Vallée de l'OrbielLe paradis empoisonné

[caption id="attachment_12327" align="alignright" width="300"] Denis et Cindy Morel avec leurs enfants[/caption] Au nord de Carcassonne, grimpant vers la montagne Noire, apparaît un petit bout d'Aude au charme fou. La vallée...

> Lire l'article <