retour haut de page

ENQUÊTE

Associations : après la cure

PAR Jean COUDERC et Perrine DEBACKER | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 6 min

Alors que des militants d’associations ont mené, mi-décembre, une action contre la permanence de campagne du maire sortant pour dénoncer la baisse des subventions accordées aux associations depuis le début du mandat,


C’était le début du mandat et l’annonce avait eu le don de glacer le sang du monde associatif. Le grand argentier du Capitole, Sacha Briand rappelle le contexte : « La situation était la suivante : on se retrouvait avec une épargne quasi nulle et une baisse substantielle des dotations annoncée par le gouvernement. Nous avons alors défini une stratégie qui était de partager les efforts entre le contribuable, la collectivité, sous la forme d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement, et les satellites sous la forme d’une baisse (lissée) des subventions allouées aux associations de 25 % sur l’ensemble du mandat. Vu qu’elles avaient augmenté de 40 % sous le mandat précédent, on a considéré que c’était un effort soutenable ». Reste que cette décision, moins d’un an après son retour au Capitole, ne réjouit pas Jean-Luc Moudenc, conscient de l’impopularité d’une telle mesure et du risque électoral qui en résulte. Pour la faire accepter, diplomatie et pédagogie sont exigées : « L’idée était que chaque élu prenne en compte les situations objectives en essayant, autant que faire se peut, de faire du cas par cas », détaille l’adjoint aux finances du Capitole tout en précisant que tous les secteurs n’ont pas été logés à la même enseigne : « Dans le secteur de l’éducation ou de la petite enfance, par exemple, où les effectifs sont en constante progression, les subventions ont même augmenté ». D’autres domaines, comme le sport, en revanche, n’ont pas été épargnés. Entre 2014 et 2019, les subventions (dont 70 % concernent les clubs professionnels) accordées aux associations sont…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.