retour haut de page

L'ADDITION

Chef. Hamid Miss passe à table

PAR Jean COUDERC | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 3 min

Né à Kenitra au Maroc, il grandit au milieu de femmes qui lui apprennent les joies de la cuisine. Débarqué dans le Lot-et-Garonne à l’âge de 14 ans, il y apprend la mécanique de précision, travaille pour un sous-traitant d’Airbus, avant de se rendre à l’évidence : c’est derrière un fourneau qu’il est le plus doué. Après avoir ouvert en 2008 La Pente Douce sous forme de table d’hôtes à la Patte-d’Oie, il déménage, six ans plus tard, rue de la Concorde où sa cuisine à émotions fait merveille.

Votre premier émoi gustatif ?
Des petits pois avec de la sauce tomate dans une boite de conserve.

Le plat que vous détestiez enfant ?
Le riz. On en mangeait tout le temps mais on ne savait pas le cuire.

Votre madeleine de Proust ?
Purée de févettes.

Le plat le plus difficile à réaliser ?
Blanquette de veau.

Votre plat « signature » ?
Cassolette de tête et pieds de veau.

L’aliment que vous préférez ?
Le navet pour sa légère amertume.

Celui que vous détestez ?
Le soja en grain.

Les pires associations ?
Utiliser le miel.

Votre pêché mignon ?
Les anchois.

Vos sources d’inspiration ?
Tiffaine, ma femme.

Le piège en cuisine ?
Faire une cuisine d’assemblage, un plat pour qu’il soit joli en oubliant le goût.

Le pire souvenir en cuisine ?
A l’ouverture de la Pence Douce, il y avait trop de monde. C’était vraiment de l’abattage.

Ce que vous inspire Trip Advisor ?
Les heures sombres de notre Histoire, la délation. Heureusement que l’on n’est pas en guerre…

Votre penchant alimentaire honteux ?
Les sodas.

Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prêt à faire 100 km ?
Des sardines grillées au feu de bois sur le port de Kenitra.

L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez dîner en tête-à-tête ?
Pierre Gagnaire.

Votre mentor ?
Olivier Roellinger.

Le chef que vous admirez le plus ?
Anne-Sophie Pic pour son parcours.

L’aliment le plus bizarre que vous ayez mangé ?

Des maniocs, des racines en Afrique. J’irai un jour en Papouasie pour comprendre l’intérêt !

Si vous étiez un ustensile de cuisine ?
Une lame de cutter.

 

La Pente Douce, 6 rue de la Concorde

 

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.