retour haut de page

DOSSIER MUNICIPALES

Municipales 2020 : Moudenc peut-il être battu ?

PAR Stéphane THÉPOT et Jean COUDERC | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 10 min

Grand favori, le maire sortant accumule pourtant les grains de sable dans sa mécanique bien huilée.

Jean-Luc Moudenc a de la chance : le Satiricon n’est plus là pour camper le maire sortant en « Super Menteur », comme le firent jadis les Guignols avec Jacques Chirac. Il n’empêche que les Toulousains ont de la mémoire. Lorsqu’on leur demande pour quelle(s) raison(s) le maire de la ville, bien que favori, pourrait ne pas être reconduit au Capitole, ils citent d’abord la forte augmentation des impôts locaux en début de mandat (lire notre sondage ici). Cette décision n’était pas seulement en contradiction avec la promesse du candidat de garantir la stabilité fiscale. Elle constitue une rupture avec la gestion des années Baudis, qui fit de la dette zéro et de la baisse des impôts l’une de ses marques de fabrique. Moudenc, qui ne manque jamais une occasion de se présenter en héritier du maire emblématique de la fin du XXe siècle, dramatise un choix présenté comme cornélien. « J’ai fait le choix du développement de Toulouse au mépris de mon confort politique », confie-t-il (lire notre entretien p. 38). Il a bien sûr des arguments à faire valoir. En gros, c’est de la faute aux socialistes toulousains qui ont vidé les caisses, et aux gouvernements socialistes qui pressuraient les comptes des collectivités locales.

Les gratuités en question

En dépit – ou à cause – de la présence à ses côtés de Pierre Trautmann, qui fut le véritable instigateur du dogme de la dette zéro, Jean-Luc Moudenc a commis une autre…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.