retour haut de page

DE L'AUTRE CÔTÉ DE LA ROCADE

Tournefeuille : droite et centre unis pour faire tomber le maire sortant

PAR Jean COUDERC
Temps de lecture 5 min

Bastion historique de la gauche haut-garonnaise, Tournefeuille pourrait-elle basculer dans l’escarcelle du centre et de la droite ? Une chose est sûre : les opposants au maire sortant Dominique Fouchier ont semble-t-il mis tous les atouts de leurs côtés pour y parvenir. Alors que l’Union pour une alternative à Tournefeuille (UPA-T) qui regroupe les forces de droite et du centre devait préalablement présenter une liste menée par Benoît Grellier, un coup de théâtre est survenu en début d’année avec l’abandon de ce projet. Une décision inattendue qui a le mérite de clarifier l’offre à Tournefeuille où la liste conduite par Laurent Soulié apparait désormais comme la plus dangereuse pour le maire sortant. Investi par LREM, cet ingénieur d’Airbus de 52 ans revendique le fait de ne pas avoir une vision binaire : « On se doit de rassembler les gens de bonne volonté, quel que soit leur bord politique. » Pour celui qui s’est fait connaître nationalement en lançant le mouvement des Foulards rouges, en réponse à celui des Gilets jaunes, la qualité de vie si prisée par les Tournefeuillais est fragilisée par un urbanisme non maitrisé sur la commune : « Le fait que la population de la Métropole augmente ne doit pas être un prétexte pour céder à la pression des promoteurs ». Une attaque face à laquelle Dominique Fouchier se défend : « Il est faux de dire qu’on fait n’importe quoi en matière d’urbanisme. J’assume le fait qu’on ait construit beaucoup de logements (environ 500 par an) en début de mandat. Mais Tournefeuille est une ville attractive et ce n’est pas toujours facile de résister aux promoteurs quand le PLU ne le permet pas. Depuis que nous avons le PLUIH, nous sommes revenus à un rythme de production (une centaine par an) tout à fait correct. Et pour la prochaine mandature, nous nous engageons à ne pas dépasser 280 par an. » Autre sujet sur lequel le premier magistrat de Tournefeuille est mis en cause par son challenger marcheur : la sécurité : « Le maire fait la politique de l’autruche. Sauf que dans les quartiers, les incivilités se développent et les trafics s’installent. Forcément avec 6 policiers municipaux pour 27 000 habitants, la police municipale ne peut pas faire de miracle… » Là encore, Dominique Fouchier riposte : « Les effectifs de la police municipale sont historiquement faibles à Tournefeuille où nous avons un service de prévention important. J’ai bien l’intention d’augmenter leur nombre mais je regrette que les polices municipales aient à se substituer aux polices nationales. Car la réalité, c’est que ce sont les effectifs de la PN qui sont insuffisants. » Deux autres listes se présentent également à Tournefeuille avec une liste du Rassemblement national conduite par Michèle Pelllizon et la Liste Citoyenne Tournefeuille avec à sa tête Stéphane Mériodeau qui veut donner aux citoyens « le pouvoir de proposer, co-construire et décider des projets de la ville via la création d’une assemblée citoyenne et la mise en place d’un référendum d’initiative citoyenne (RIC) local ».

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.