Reportage

Covid-19, la double peine des soignants

le 30 mars 2020 Temps de lecture : 1 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Des journées éprouvantes et des soirées solitaires sans câlins aux enfants ni contacts. Témoignage du #DocteurBoudu, Nicolas Ohmehr, du centre Covid19 du Lherm, au sud de Toulouse.

« Les répercussions psychologiques du confinement et du Covid19 seront la grande cause de l’après-crise. Elles n’épargneront ni la population ni les soignants. Pour ces derniers, outre la surcharge de travail, il y a la confrontation avec une situation dramatique exceptionnelle, le contact plus fréquent que d’ordinaire avec la mort, et la peur d’y passer soi-même. Pour eux, même le retour à la maison, le soir, n’est pas une partie de plaisir. Moi, quand je rentre, je passe par un petit sas de décontamination que j’ai aménagé dans l’entrée. Puis je file prendre une douche. Je dîne à bonne distance de mes proches. Les câlins à mes enfants sont exclus. Tout juste si je m’autorise à leur passer la main sur les cheveux. Et la nuit, je fais chambre à part. »

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

Moi, Maire de Toulouse #3

Boudu a proposé à chaque candidat de se plier à l’exercice de l’anaphore rendue célèbre par François Hollande lors du débat télévisé de l’entre deux-tours l’opposant à Nicolas Sarkozy lors...

> Lire l'article <
Franck Biasotto
Enquête -

Bourdelle : retour en grâce

Cet Héraklès archer est une œuvre majeure.

> Lire l'article <
Format court -

Le Toulouse rêvé de Maguelone Pontier

"Je suis (encore) une jeune toulousaine, fraîchement installée. Je regarde cette ville rose avec des yeux de vacancière émerveillée pour qui chaque mur de brique est exotique, un coucher de...

> Lire l'article <
Maguelone Pontier