Reportage

Denis ReyAuster, Aguirre et desserts

le 10 avril 2020 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Dis-moi comment tu te confines et je te dirai qui tu es. Aujourd’hui le comédien Denis Rey.

Où êtes-vous ?
Chez moi à Toulouse.

Pouvez-vous décrire l’atmosphère qui règne autour de vous, aussi loin que porte votre regard ?
Le silence, le calme et donc un peu l’angoisse…

Que faites-vous de vos journées ?
Je travaille à de futurs projets. Je lis. Je doute. Je regarde quelques films. Je songe. Je partage ce temps précieux avec ma famille.

Que faites-vous de vos nuits ?
Je dors et j’écoute la radio.

Que lisez-vous ?
Romain Gary. Paul Auster.

Que regardez-vous ?
Des films qu’on se promettait de voir un jour. (Hier soir Aguirre, la colère de Dieu de W. Herzog).

Qu’écoutez-vous ?
Du jazz. Un peu trop la radio.

Que mangez-vous ?
Plutôt des légumes que des pâtes ! Des desserts !

De quoi avez-vous peur ?
Que nos vieux schémas sociétaux repartent de plus belle après cette drôle de période.

Ce qui vous manque le plus depuis que vous êtes confiné ?
La famille et les amis. Les répétitions…

Votre source principale d’information ?
La radio.

Ce que vous inspirent ces événements ?
L’espoir sans doute naïf que la période que nous traversons soit propice à une réinvention du monde.

La personnalité historique que vous aimeriez ressusciter pour nous sortir du pétrin ?
Louis Pasteur.

La pensée la plus intelligente que vous ayez lue /vue au sujet de ces événements ?
« Agissons demain tout autrement, osons agir différemment et la « faisabilité » se déploiera sous nos yeux. » Cynthia Fleury dans Le journal d’une confinée.

La plus idiote ?
Le vice-gouverneur du Texas qui estime que les personnes âgées devraient se sacrifier pour l’économie de leur pays…

Ce qui vous donne de l’espoir ?
Notre capacité à garder le sens de l’humour.

Ce qui vous aide à relativiser ?
Le sens de l’humour.

Ce qui vous permet de lutter contre le sentiment de ne servir à rien ?
Les projets à venir.

La première chose que vous ferez, le premier lieu où vous vous rendrez quand tout cela sera fini ?
Embrasser dans la rue tous ceux qui le voudront bien.

La personne qui vous inspire le plus de respect depuis le début de ces événements ?
Je cherche.

Ce qui ne sera plus jamais comme avant ?
Les jours fériés.

Ce que vous vous jurez de changer une fois la crise passée, tout en sachant que vous ne tiendrez pas ce serment ?
Applaudir tous les jours à ma fenêtre les médecins, infirmiers, soignants, aides à domiciles… les enseignants, les postiers, les livreurs, etc. Tous ceux qui aujourd’hui rendent le confinement possible.

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

Le Toulouse rêvé de Maguelone Pontier

"Je suis (encore) une jeune toulousaine, fraîchement installée. Je regarde cette ville rose avec des yeux de vacancière émerveillée pour qui chaque mur de brique est exotique, un coucher de...

> Lire l'article <
Maguelone Pontier
Format court -

Moi, Maire de Toulouse #3

Boudu a proposé à chaque candidat de se plier à l’exercice de l’anaphore rendue célèbre par François Hollande lors du débat télévisé de l’entre deux-tours l’opposant à Nicolas Sarkozy lors...

> Lire l'article <
Franck Biasotto
Enquête -

Bourdelle : retour en grâce

Cet Héraklès archer est une œuvre majeure.

> Lire l'article <