Reportage

Sylvie CorrolerMubi, Eden, séries

le 14 avril 2020 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Dis-moi comment tu te confines et je te dirai qui tu es. Aujourd’hui Sylvie Corroler-Talairach, directrice de la Fondation espace écureuil pour l'art contemporain.

Où êtes-vous ?
Chez moi, à 20 km de Toulouse.

Pouvez-vous décrire l’atmosphère qui règne autour de vous, aussi loin que porte votre regard ?
C’est calme et vert, peu de bruits en ce mercredi matin, un coq au loin, le voisin dans son jardin.

Que faites-vous de vos journées ?
Je travaille le matin et je fais ce que je peux l’après-midi. Il y a des jours avec, des jours sans.

Que faites-vous de vos nuits ?
Curieusement, je dors très bien !

Que lisez-vous ?
Eden de Felipe Hernandez, chez Verdier, un peu plus de 400 pages, décrivant un univers absurde.

Que regardez-vous ?
Des films sérieux (merci Mubi, la cinetek, arte, ma propre cinéthèque…) et des séries idiotes, pour que le temps passe, sans réfléchir.

Qu’écoutez-vous ?
Heureuse d’avoir retrouvé France Culture le matin. Sinon, je vis avec un fan de musique contemporaine !

Que mangez-vous ?
Ce que la mini surface bio à 10 minutes de chez moi veut bien me fournir.

De quoi avez-vous peur ?
De ne pas être à la hauteur, pour l’après.

Ce qui vous manque le plus depuis que vous êtes confiné ?
Des fleurs fraîches dans ma maison.

Votre source principale d’information ?
France Culture, Arte, Médiapart.

Ce que vous inspirent ces événements ?
Une grande envie de changement, pour après.

La personnalité historique que vous aimeriez ressusciter pour nous sortir du pétrin ?
Je ne crois pas à cette figure héroïque qui va nous sauver tous.

La pensée la plus intelligente que vous ayez lue/vue au sujet de ces événements ?
Il n’y en a pas une, mais plusieurs. Elles viennent des penseurs, des philosophes, de ceux qui ne résument rien en une phrase, mais qui élaborent une pensée.

La plus idiote ?
Là aussi, il y en a plusieurs qui hélas, me semble émaner d’une classe politique perdue. Exemple : ” Nous sommes en guerre ! ” Enfin, est-ce seulement une pensée ?

Ce qui vous donne de l’espoir ?
Une forte envie d’après, chez beaucoup de gens

Ce qui vous aide à relativiser ?
Ma grand-mère et mes parents me racontaient la guerre, la vraie.

Ce qui vous permet de lutter contre le sentiment de ne servir à rien ?
Mais pourquoi lutter ? Pour l’instant, je ne sers à rien, c’est vrai. Pour l’instant !

La première chose que vous ferez, le premier lieu où vous vous rendrez quand tout cela sera fini ?
Il est fort probable que ce soit au travail ! Car il y a là des gens qui ont le plaisir de faire ensemble et nous servirons à nouveau à quelque chose.

La personne qui vous inspire le plus de respect depuis le début de ces événements ?
Pas de figures héroïques, vous dis-je, pas ce système de pensée.

Ce qui ne sera plus jamais comme avant ?
Tout et rien. Moi, en tous cas.

Ce que vous vous jurez de changer une fois la crise passée, tout en sachant que vous ne tiendrez pas ce serment ?
Les promesses, vous savez…

Sylvie Corroler, directrice de la Fondation espace écureuil pour l’art contemporain

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

Le Toulouse rêvé de Maguelone Pontier

"Je suis (encore) une jeune toulousaine, fraîchement installée. Je regarde cette ville rose avec des yeux de vacancière émerveillée pour qui chaque mur de brique est exotique, un coucher de...

> Lire l'article <
Maguelone Pontier
Format court -

Moi, Maire de Toulouse #3

Boudu a proposé à chaque candidat de se plier à l’exercice de l’anaphore rendue célèbre par François Hollande lors du débat télévisé de l’entre deux-tours l’opposant à Nicolas Sarkozy lors...

> Lire l'article <
Franck Biasotto
Enquête -

Bourdelle : retour en grâce

Cet Héraklès archer est une œuvre majeure.

> Lire l'article <