retour haut de page

Portrait

L’autre face – Valérie Dupont

PAR Jean COUDERC | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 10 min

Valérie Dupont Boudu

En novembre, L’autre fêtera son dixième anniversaire après 6 mois de fermeture pour cause de Covid. Boudu s’est intéressé à la personnalité de sa patronne, Valérie Dupont, une égérie de la nuit toulousaine à l’existence chaotique et romanesque, qui a fait d’un local improbable du quartier Belfort l’after le plus couru de Toulouse.

Mystérieuse, provocatrice, sensible, passionnée, fragile, vulnérable, persévérante. Si aucun de ces adjectifs n’est inapproprié pour qualifier Valérie Dupont, il est nécessaire de les additionner pour avoir une chance de comprendre l’énigmatique personnalité de cette native du Gers, département où elle grandit, coincée entre un père breton, militaire blessé en Indochine et une mère d’origine italienne, qui se rêvait pianiste : « J’ai bien essayé de me mettre au piano, mais vu son degré d’exigence, c’était peine perdue. C’était compliqué d’attirer son attention car c’était un enfant gâté. Je rêvais d’avoir ses câlins mais ce n’était pas trop son truc. » La complicité, c’est donc avec son père qu’elle va la chercher. Un patriarche, opticien de son état, qui lui met très jeune un dictionnaire entre les mains pour satisfaire sa curiosité, et qui n’hésite pas à se mettre à dos une bonne partie de la bourgeoisie auscitaine en sortant sa fille de l’école privée dans laquelle elle venait à peine d’être inscrite parce que « je ne supportais pas que l’on me force à prier, à chaque récréation, devant la lumière rouge ». Le passage dans le public ne résoudra pas tout. Plus grande, par la taille, que ses camarades, elle a du mal à trouver sa place à l’école. « Je me trouvais (déjà) différente. Lorsqu’il y avait des repas à la maison, je préférais être à la table des parents. Je trouvais les conversations plus intéressantes. ».
Aussi, c’est dans la lecture qu’elle trouve refuge, une activité…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.