retour haut de page

Rugby

Les années bonheur – U. S. Colomiers Rugby

PAR Paul PERIÉ
Temps de lecture 6 min

U.S . Colomiers Rugby - Boudu

En tête du championnat de Pro D2 avant l’arrêt de la saison, Colomiers Rugby espérait encore retrouver l’élite du rugby français. L’occasion de rappeler que, dans les années 1990, le club à la colombe, emmené par une génération dorée, est passé à un cheveu du Brennus sans jamais se départir de son esprit amateur.

« C’est vraiment couillon pour nous. Juste l’année où nous étions premiers avec dix points d’avance sur le troisième et une demi-finale quasi assurée à domicile. » Alain Carré ne peut s’empêcher de regretter cette fin abrupte qui prive son club d’un possible retour en Top 14. Début mars, alors que l’épidémie de Covid n’avait pas encore mis la France sous cloche et le sport à l’arrêt, le président de Colomiers Rugby, touché par le virus quelques jours plus tard, envisageait cette possibilité avec le sourire. « Si les joueurs se le gagnent sur le terrain, je vais les accompagner. Je vais me donner corps et âme, dans cette nouvelle aventure », nous avouait-il alors, rêvant sans doute de voir les travées du stade du Sélery vibrer à nouveau, vingt ans après son unique finale de championnat de France. Comme un hommage à celui qui lui a donné son nom actuel, l’ancien président Michel Bendichou. « Ça aurait été magnifique que Colomiers se retrouve en barrage contre le Stade Français (son adversaire en finale, ndlr), vingt ans après », sourit Patrick Tabacco, passé par les deux clubs.
« Quand on voit les effectifs, les budgets, les infrastructures, ça n’a rien à voir. L’équipe de la banlieue qui voulait taper le gros, c’est fini, ça n’existe plus. On vit notre vie », regrette Alain Carré. Car Colomiers aime sa différence. Comme lorsqu’elle était la seule ville de France avec la priorité à droite sur les ronds-points. « Putain, c’était la galère, se remémore l’ancien trublion de Canal +…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.