Interview

Jean-François Renac« Arrêtons la cacophonie »

Rédaction : Jean COUDERC,
Photo : Rémi BENOIT,
le 14 octobre 2020 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Mi-septembre, les professionnels de l’événementiel et du spectacle, réunis au sein du collectif Alerte rouge, ont éclairé plusieurs bâtiments de la ville en rouge pour alerter l’opinion publique sur les difficultés traversées par la filière. Leur porte-parole, Jean-François Renac, nous confie ses craintes et ses espoirs.

Quelle est la situation des professionnels de l’évènementiel ?
Ils sont tous impactés, mais à des degrés différents. Si je prends le cas de Miharu, mon entreprise, la situation est préoccupante mais pas dramatique. Nous devrions terminer l’année avec un recul de l’activité de l’ordre de 50 %. C’est considérable mais vu que l’on a bien géré jusqu’à présent, on devrait passer le cap. On commence par exemple juste à consommer les PGE (prêt garanti par l’État). Mais nous sommes une minorité dans cette situation.

C’est-à-dire ?
On déplore déjà une petite dizaine de procédures de sauvegarde, des cas de redressements et des arrêts d’activité, même s’ils ne sont pas tous liés à la Covid. Sur l’ensemble de la profession, à Toulouse, on risque d’avoir quelques dizaines de pourcentages de dépôts de bilan. Les gens qui ont utilisé le PGE pour tenir jusqu’à maintenant ne s’en sortiront pas si l’activité ne repart pas.
À quel moment avez-vous compris que le ciel s’assombrissait pour votre secteur ?
On a compris l’ampleur de la crise lorsqu’on a commencé, la 3e semaine de février, à avoir des reports et des annulations de la part de grandes entreprises, type Airbus, Vinci, La Poste ou EDF. On s’est alors dit qu’ils devaient avoir des informations que l’on n’avait pas. C’est la raison pour laquelle on a créé sans attendre le mouvement SOS Events 31. Ensuite, tout s’est arrêté net dès le début du confinement. Renvoyer les salariés chez eux a été un moment très compliqué à vivre. D’autant que l’on ignorait combien de temps cette crise allait durer. Puis on s’est à mis à négocier avec nos clients pour tenter de limiter la casse. Avec des fortunes diverses...

Tout le monde n’a pas joué le jeu ?
Fort heureusement, la plupart ont reporté et non1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

André ViardLa vraie cible

Ancien torero devenu journaliste, le Gersois André Viard s’emploie depuis 15 ans à défendre les cultures taurines. Un presque sacerdoce qui l’a conduit à une analyse globale des mouvements animalistes,...

> Lire l'article <
Interview -

Maryse CarrarettoDernières nouvelles de la civilisation rurale

Anthropologue spécialiste en ethnologie des sociétés rurales européennes, Maryse Carraretto a longtemps étudié la place des animaux dans la ruralité. Cette enseignante et chercheuse associée au Laboratoire interdisciplinaire Sociétés Solidarités...

> Lire l'article <
Maryse Carraretto
Interview -

Rémi GaillardUn bon coup de pression

Aux dernières municipales, pendant que le parti animaliste toulousain recueillait 1,52% des voix, le Youtubeur montpelliérain Rémi Gaillard passait à 200 voix à peine du 2e tour. Ce vidéaste connu...

> Lire l'article <