Boudu 1 – novembre 2015

4,50

 

Sentimental bourreau

En prenant sa retraite rugbystique il y a huit ans, Omar Hasan est passé de l’engagement total du pilier droit à la partition nuancée du chanteur lyrique.

 

Quand Toulouse voulait bétonner le Canal du Midi

Les années 60, le Capitole en noir et blanc, les promesses de progrès et le canal en friche. Une histoire abracadabrantesque.

 

Sandoval, l’âme son

« Une note de musique ça se charge comme un revolver, et moi je ne suis pas là pour tirer des balles à blanc ».

 


 

ÉDITO : PAROLES

 

Le lancement d’un magazine, un peu comme le début d’une histoire d’amour, c’est le temps des promesses. Des promesses dont on ne mesure pas toujours combien elles seront difficiles à tenir. Alors, on s’est dit qu’il fallait éviter cet écueil. L’exhaustivité, on ne vous la promet pas. Le décryptage, non plus, l’analyse, encore moins.

Cela n’enlève en rien la valeur de notre contrat de lecture. On fait donc trois serments : celui de ne jamais nous départir du principe de narration que nous avons érigé en valeur cardinale. Car au fond, pour nous, la recette d’un bon magazine n’est pas très éloignée des trois ingrédients que Jean Gabin jugeait propices à la réalisation d’un bon film : « Premièrement une bonne histoire, deuxièmement un bonne histoire et troisièmement une bonne histoire. »

Celui, plus modestement, est de ne jamais perdre de vue le plaisir de lecture, d’avoir sans cesse le souci de surprendre, d’étonner, de faire sourire, parce que l’on peut être rigoureux sans être austère. Enfin celui de faire honneur à BOUDU, cette interjection populaire et intergénérationnelle que nous avons osé emprunter pour baptiser notre magazine. Et aussi un peu notre état d’esprit.

 

Rupture de stock

Catégorie :

Additional Information

Poids 300 g
Dimensions 27 x 20 cm