Boudu 34 – novembre 2018

24,50

 

En couv’. La revanche des villes moyennes.

Demain, quand l’air de Toulouse sera irrespirable, son périph emboucané, son centre noir de monde et ses loyers démentiels, entreprises et particuliers retrouveront le chemin des villes moyennes d’Occitanie pour y vivre mieux et y entreprendre plus efficacement. Le phénomène est d’ailleurs déjà enclenché.

 

Portrait. Baptiste Beaulieu, humain trop humain

Médecin sensible, twittos gentil, auteur modeste, Baptiste Beaulieu nage dans un océan de paradoxes. Boudu tire le portrait de celui qui veut faire du bien aux autres, quitte à se faire du mal.

 

Interview. Carole Delga à mi-parcours

Après avoir assaisonné le personnel politique parisien dans une chronique remarquée publiée dans Le Parisien, Carole Delga profite de la mi-mandat pour se livrer dans Boudu à quelques mises au point sur Saurel, les extrêmes, la LGV, le gouvernement et les élections municipales.


Edito. Vergonha

Le titre de couverture de ce numéro de novembre ne manquera pas d’en faire sourire certains. Il suscitera peut- être même le ricanement ou la moquerie chez les plus citadins de nos lecteurs. À tort, sans doute.
Si, comme le dit Jean-Luc Moudenc, la métropolisation est un phénomène mondial qu’il est illusoire de vouloir contrarier, tout le monde se rend bien compte que l’on ne peut pas continuer à s’entasser au même endroit. De l’avis de tous, une meilleure répartition de l’activité, et donc de la population, est plus que nécessaire.
Mais alors, pourquoi a-t-on tant de mal à imaginer sérieusement sa mise en œuvre ? Peut-être parce qu’en Occitanie, comme le rappelle Carole Delga, l’exode rural a longtemps été perçu, et vécu, comme un progrès. Il suffit de voir le peu de Toulousains de naissance que chacun d’entre nous compte dans son entourage pour comprendre comment notre région et sa capitale se sont construites. Une région au passé agricole avec lequel une partie de ses habitants n’est pas très à l’aise. En occitan, cela porte un nom : la vergonha (honte en français). Une certaine difficulté à assumer ses origines, qui peut expliquer les réticences de certains à l’idée de faire le trajet dans l’autre sens. Un débat qui, au sein de notre rédaction, nous a rappelé quelques réactions hostiles lors du démarrage de Boudu de personnes jugeant l’interjection trop rurale, pour ne pas dire trop plouc, pour qualifier un magazine qui se voulait moderne. Alors que nous fêtons, ce mois-ci, notre 3e anniversaire, quelque chose nous dit que sur ce point-là, au moins, nous avions raison.

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Additional Information

Type

Papier, Pdf