Boudu 50 – Septembre 2020

34,50

TFC – Sadran sans rancune
L’ère Sadran au Téfécé s’est achevée au début de l’été avec le rachat du club par un fonds d’investissement américain.
À la faveur d’une interview exclusive, l’ex-président se souvient des Pitchouns, de l’Europe et du dépit.

REPORTAGE. – Petit pétage de câble en amies
Pendant que certains regagnent sagement les salles de classes, d’autres gagnent les salles de casse comme le Karnage Club. Un local cathartique où l’on pète tout à coup de hache et de gourdin. En toute impunité, et en toute sécurité. Boudu s’y est rendu avec des copines.

PORTRAIT – Valérie Dupond – L’autre face
Je ne sais pas trop minauder, manipuler les gens, faire des sourires. Mais je reconnais que dans ce métier, moins de testostérone et un regard qui tue, ça aide.


EDITO. – Think positive

Difficile de trouver des motifs de réjouissances en cette rentrée de septembre. Après avoir caressé l’espoir, au début de l’été, de voir l’épidémie de Covid-19 sous contrôle, la tendance est désormais davantage au reconfinement. Et donc à l’annulation des évènements, sportifs ou culturels, qui égaient généralement notre quotidien. À quand le retour à la normale ? Nul ne sait.
En attendant, il faut bien continuer à vivre en essayant de garder le moral. Pas facile lorsque, comme les patrons de discothèques, on sent que son activité appartient au patrimoine de l’ancien monde.
« La nuit n’est pas morte », nous assure pourtant Valérie Dupont dans le portrait que nous lui consacrons dans ce numéro. Il faut dire qu’en matière de persévérance, d’obstination et d’opiniâtreté, la patronne de l’after L’autre en connait un rayon.
Sinon le Boudu que vous avez entre les mains est (déjà) le 50e du genre. Même s’il faut toujours manier l’autosatisfaction avec prudence, le chiffre est suffisamment significatif pour s’en réjouir. Et profiter de l’occasion pour vous remercier, une nouvelle fois, de votre fidélité.

 

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Additional Information

Type

Papier, Pdf